Villeneuve d’Ascq rassuré, le piège tarbais évité

Villeneuve d’Ascq rassuré, le piège tarbais évité

21 janvier 2022 0 Par Amaury Durand

Pour lancer ces quarts de finale de Coupe de France, Tarbes reçoit Villeneuve d’Ascq. Comme les tarbaises évolueront sans leur joueuse clé, Ana Tadic (blessée), ce match aura tout d’un piège pour des nordistes qui ont pour intention de rallier le tour suivant de cette compétition aux matchs toujours disputés 

Les 5 de départ :

Tarbes : Marie Pardon ; Clémentine Samson ; Yohana Ewodo ; Julie Wojta ; Renata Brezinova

ESBVA : Jolene Anderson ; Johanne Gomis ; Sandra Ygueravide ; Kariata Diaby ; Clarince Djaldi-Tabdi

Tarbes 68 – 69 ESBVA

La première mi-temps

C’est une belle entame de match pour les tarbaises portées par l’ailière Yohana Ewodo (10 points, 4 rebonds et 3 interceptions), 11-2 en faveur des locales après 5 minutes de jeu. Bien en place défensivement (4 ballons perdus pour Villeneuve rien que dans les 5 premières minutes), Tarbes concrétise les contre-attaques et force Rachid Méziane à prendre un temps mort. Si Villeneuve tente de revenir tant bien que mal, le TGB est parfaitement entré dans son match sous l’impulsion d’une omniprésente Renata Brezinova. L’intérieure tchèque est au four et au moulin en ce premier acte (déjà 7 points, 2 rebonds et 2 passes). A la fin du premier quart, 21-10 pour les violettes.

La deuxième période

Le deuxième quart part sur les mêmes bases. Les joueuses du sud-ouest défendent bien et poussent les Guerrières à perdre des ballons (8 ballons perdus au milieu de la période pour 18 au final). Toutefois, le jeu reste haché dans sa globalité, beaucoup de fautes sont sifflées et le rythme est plutôt lent. Tous ces paramètres font que Tarbes caracole en tête par treize longueurs d’avance sur un shoot de la jeune Marie Pardon, la joueuse en forme du moment côté tarbais (28-15, 4’30 restantes). Mais enfin, Villeneuve semble retrouver un peu d’adresse et de rythme grâce à sa meneuse Sandra Ygueravide, les Nordistes reviennent un peu plus proche, 30-23 (2’50). Cette jolie dynamique se confirme et les Guerrières passent un 6-0 aux tarbaises. De quoi revenir à une possession après un tir primé longue distance signé l’éternelle capitaine Nordiste, Johanne Gomis (9 points, 2 rebonds, 2 passes et 4 interceptions). Avec 1’10 au chrono, 32-29 pour les tarbaises. C’est donc une première mi-temps intense au Quai de l’Adour, 34-32 à la pause en faveur du TGB.

La deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, Tarbes garde le cap, toujours dans le sillage d’une magnifique Renata Brezinova (17 points, 2 rebonds, 3 passes et 4 interceptions) accompagnée par Clémentine Samson (10 points et 4 rebonds). Les joueuses de Francisco Pinto maintiennent une belle intensité des deux côtés du terrain et refont un écart, 44-35 après seulement 2’30 dans la période. Mais les Guerrières n’ont pas dit leur dernier mot, à l’image de Sandra Ygueravide (11 points, 3 rebonds et 3 passes) qui sort encore le grand jeu derrière la ligne à 3 points. L’ESBVA revient alors à trois unités 47-44 alors qu’il reste 3’10. Cependant, les tarbaises font preuve d’une incroyable abnégation, avec 5 joueuses à plus de 32 minutes de temps de jeu, le TGB pousse et recrée un petit écart sous l’impulsion de l’irrésistible meneuse Marie Pardon, auteure d’un remarquable deuxième double-double consécutif en deux matchs (16 points, 11 passes, 4 rebonds et 4 interceptions pour 30 d’évaluation). Avant le dernier acte qui s’annonce palpitant, Tarbes mène 53-47.

Le dernier acte

Tout va donc se jouer dans cette période, mais logiquement, Villeneuve reprend les commandes par le biais d’un 8-0 en 2’30. La clé du match, on le savait, c’est la profondeur du banc nordiste (30 points inscrits pour l’ESBVA contre seulement 2 pour Tarbes). Janaelle Salaun (12 points et 4 rebonds) et Christelle Diallo (10 points) auront, en sortie de banc, été formidables. Sauf que dans le Sud-Ouest, on ne lâche jamais, ni une ni deux, Tarbes fait volte-face aux visiteuses et reprend le lead, 59-55 avec moins de 5 minutes à jouer. Julie Wojta (13 points et 11 rebonds à 5/16 aux shoots) s’applique aux lancers francs, tandis que Jolene Anderson (15 points, 5 rebonds et 3 passes) artille à trois points, si bien qu’à deux minutes du terme, l’écart est alors réduit au minimum : 64-63 pour Tarbes. Le money-time devient alors fou : je passe devant, tu repasses devant, à ce petit jeu, une seule des deux équipes pourra l’emporter. D’abord Janaelle Salaun (64-65) à laquelle Marie Pardon répond (66-65). Puis c’est encore Salaun (66-67) mais cette fois-ci contredit par Clémentine Samson (68-67). Entre actions collectives rendues d’un côté comme de l’autre, bataille tactique avec pas moins de 4 temps mort pris, on se retrouve alors à 13 secondes du terme avec 68-67 pour les tarbaises. C’est là que l’on comprend pourquoi les joueuses nordistes sont nommées Guerrières, Christelle Diallo vient scorer un dernier panier, libérateur pour Villeneuve, déchirant pour les courageuses Tarbaises. Fin du match et victoire de l’ESBVA dans l’antre de l’Adour, 68 à 69.

C’est tout simplement triste pour le TGB. Auteures de deux bons matchs consécutivement contre deux cylindrées reconnues en France, les violettes échouent de peu, encore une fois. Alors même si l’on en retire que de la tristesse pour elles ce soir, force est de constater que la donne a changé pour le TGB. Dorénavant, ce n’est plus la même équipe et, soyez en sûrs, Tarbes n’est pas près de lâcher ! Pour Villeneuve, le piège bigourdan aurait pu être fatal, de quoi rappeler aux nordistes que même si elles étaient opposées à une formation très diminuée, il n’y a plus de petites équipes en LFB.

Crédits Photo : TGB Officiel