| Publié par

Première journée de ces premières fenêtres de qualifications pour l’Eurobasket 2023. Premier match pour le nouveau sélectionneur Jean-Aimé Toupane et son staff. Premières sélections pour les habituées de l’Equipe de France 3×3 Marie-Eve Paget, Caroline Hériaud et Migna Touré. Un soir de « premières fois » et une victoire contre l’époustouflante Iagupova à aller chercher pour les Bleues. Une tâche qui s’annonce complexe, mais rien n’est injouable pour l’Equipe de France qui cherche l’invincibilité dans ces fenêtres.

Les 5 de départ :

Ukraine : Olga Dubrovina, Krystyna Frylevich, Alina Iagupova, Olesia Malashenko, Tetiana Yurkevichus

France : Endy Miyem, Sandrine Gruda, Gabby Williams, Marine Johannès, Marie-Eve Paget

La première mi-temps

Paget, qui signe sa première sélection dans le 5 de départ de Toupane, lance les hostilités à 3 points pour débuter le match (3-0, 0’30). De l’autre côté, l’Ukraine se montre à son tour avec Fylevych de loin. Le match est lancé et les esprits s’échauffent déjà. Dans une arène de Kiev bouillante, Iagupova commence son show. D’abord en passe aveugle laser puis à trois points face à Williams, la joueuse du Fenerbahce met d’ores et déjà tout le monde d’accord (8-3, 2’30). Très vite, les Bleues réagissent et c’est de nouveau MEP qui artille de loin (12-11, 5′). Le cauchemar des Bleues commence. Perte de balle de Bankolé et Iagupova, lancée en contre-attaque, délivre un caviar pour Malashenko (18-11, 5’40). C’en est déjà trop pour le sélectionneur des Bleues qui use d’un premier temps-mort pour stopper l’hémorragie.

MEP sortie, c’est Hériaud qui prend la mène et qui délivre deux offrandes pour Rupert en contre-attaques (18-15, 6’20). Par deux fois, Johannès s’illustre derrière l’arc et ramène les Bleues dans la partie (23-21, 7’50). A nouveau, la numéro 23 ukrainienne répond à notre 23 française et sort l’artillerie lourde. Les locales terminent de manière supersonique un premier quart-temps largement à leur avantage (31-23, 10′).

L’Ukraine, impériale à longue distance (15/32 sur le match), punit une défense française inexistante. Les tirs fusent et le mouvement de balle des locales est superbe. Le match tourne déjà à la démonstration. Iagupova, sur un nuage face à la meilleure défenseure de l’Euroligue en Gabby Williams, enflamme les supporters (46-29, 17′). Les françaises, en pleine noyade, peuvent compter sur Endy Miyem qui score sous le cercle puis de loin coup sur coup (51-37, 19′). A la pause, Iagupova et les siennes sont déjà (très) largement en tête et mènent sur le score de 54 à 37.

A la pause, les Bleues sont à -17… – Crédit photo : FIBA

La deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, la France se doit de réagir et de relever la tête. Malheureusement, le troisième acte ne tourne guère en faveur des Bleues et un premier tir de loin vient donner vingt points d’avance aux locales qui déroulent (57-37, 21′). Les françaises ne trouvent aucune solution en défense et balbutient un basket face à des ukrainiennes affutées telles un couteau suisse. Miyem et Pouye, chacune au and-one, redonnent un brin d’espoir aux leurs (66-47, 26′). De nouveau, la rentrée d’Iliana Rupert est cruciale. A l’interception sur Iagupova jusqu’au cercle puis à la passe pour les deux premiers points de Touré en sélection, la jeune berruyère remet de l’huile dans une machine française fortement endommagée (71-53, 29′). A la fin du troisième quart, Hériaud trouve Gruda au buzzer qui score à mi-distance et les cris des françaises laissent présager d’un espoir encore certain.

Par Touré, Gruda et Hériaud en contre-attaques, les Bleues climatisent l’arena de Kiev (75-63, 32′) et semblent plus déterminées que jamais. Mais face à elles, l’astéroïde Iagupova frappe de nouveau à 8 mètres puis en and-one (83-63, 35′). Le cauchemar français se poursuit et jamais les Bleues n’arriveront à arrêter des ukrainiennes plus fortes dans tous les compartiments du jeu : mouvement de balle, efficacité aux tirs, percussion en attaque, défense de fer, maîtrise du rebond… Gruda et Johannès ramènent les Bleues à -14 à deux minutes du terme (85-71, 38′). De nouveau, Iagupova à dix mètres du cercle atomise une Equipe de France complètement dépassée.

Les dernières minutes ne changeront rien à l’issue de la rencontre et l’Ukraine s’impose 90-71, de manière démonstrative, face à l’équipe médaillée de bronze aux Jeux Olympiques.

Les Bleues ont pris une claque à Kiev – Crédit photo : FIBA

Derrière une Alina Iagupova impériale en son pays (33 points, 6 rebonds, 5 passes, 3 interceptions), les joueuses de Srdjan Radulovic ont créé le premier upset de ces fenêtres qualificatives. Iagupova au scoring, Dubrovina à la passe (12 unités) et Yurkevichus au rebond (19 prises !) ont dominé Endy Miyem (16 points), Iliana Rupert (13 d’évaluation) et des Françaises qui se devront de réagir urgemment pour espérer voir Israël et la Slovénie en juin 2023. Un match non pas à oublier mais devant servir de leçon pour des Bleues qui joueront leur prochaine confrontation ce dimanche 14 novembre au Palacium de Villeneuve d’Ascq face à la Lituanie, victorieuse de la Finlande quelques instants plut tôt (69-59, score final).

Equipe(s) en lien : France