| Publié par

Tamika Catchings, l’ailière aux nombreuses distinctions, vient d’être intronisée cette nuit au Hall Of Fame. Désormais, son nom trônera aux côtés de ceux de Kobe Bryant, Tim Duncan ou encore Kevin Garnett. Retour sur un parcours exceptionnel.

Le Hall of Fame : l’ailière des Pantherettes de Duncanville n’y avait certainement jamais songé. Et pourtant, dès sa première saison en basket universitaire, tout le monde la remarque. On est en 1997, et déjà à cette époque, Tamika Cathings écrase la concurrence. Lors d’un match, elle totalise même un quintuple double (25 points, 18 rebonds, 11 passes, 10 interceptions et 10 contres), performance qu’elle est la seule à avoir réalisé jusque là. Cette année là, elle obtient la distinction de Player Of The Year.

Tamika Catchings et Kobe Bryant il y a 28 ans, tous deux intronisés au Hall Of Fame cette nuit – Crédit photo ESPN

Ses années aux côtés de Pat Summit

Tamika rejoint, la saison suivante, les Lady Vol dans le Tennessee. Là bas, elle rencontrera une femme qui a énormément comptée dans sa carrière et pour qui elle a toujours un grand respect, Pat Summit. La coach, à la tête de cette équipe durant 38 ans (1974-2012), a vu évoluer Catchings quatre saisons. Lors de sa première année chez les Lady Vol, la poste 3 totalise 711 points, un record historique pour la franchise. En 38 matchs joués, elle cumule 18.2 points, 8 rebonds, 2.4 passes décisives et 1.5 contre.
L’année suivante, c’est une moyenne de 15.7 points, 7.9 rebonds et 2.7 passes en 34 matchs. N’oublions pas non plus ses 92 interceptions !

Tamika et les Lady Vol en quelques chiffres
  • 2113 points, faisant d’elle la quatrième meilleure marqueuse de l’histoire
  • 136 contres, soit la huitième meilleure contreuse de l’histoire de la franchise
  • 311 interceptions, la plaçant à la 3e place des meilleures intercepteuses
  • 32 doubles -doubles
  • 471 lancers-francs marqués
  • 126 fois dans le 5 de départ

Ses distinctions

Draftée en 2001 par les Indiana Fever, elle ne jouera dans la ligue américaine que l’année suivante. La raison ? Une blessure qui l’éloigne des parquets pendant toute une saison. De retour aux affaires, elle commence déjà à se faire un nom dans la grande ligue en terminant rookie de l’année en 2002. Lors de cette saison, elle participe aussi au All Star Game et figure dans le meilleur cinq de la WNBA.

Nommée de multiples saisons dans le meilleur cinq défensif (2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2015), elle remporte en 2012 le titre avec Indiana en terminant MVP des Finales.
Elle est également élue meilleure défenseuse des saisons 2005, 2006, 2009, 2010 et 2012.

Tamika Catchings décide de prendre sa retraite sportive en WNBA en 2016, terminant dans le top 3 all-time en points (7380), top 8 en passes (1488), top 3 en rebonds (3315) et top 12 en contres (385).

Si vous voulez en connaitre d’avantage sur son parcours, n’hésitez pas à vous référer au portrait réalisé par nos amis de Swish-Swish.

Team USA

En plus de ses performances en WNBA, Tamika Catchings trouve sa place en équipe nationale. Avec Team USA , elle sera quatre fois championne olympique (2004, 2008, 2012 et 2016) et deux fois championne du monde (2002 et 2010). A cela s’ajoutent toutes les médailles d’argent et de bronze qu’elle a pu remporter. A noter qu’elle remporte aussi des titres dans les compétitions internationales juniors. Elle est d’ailleurs la première américaine a avoir remporté l’or aux Coupes du monde FIBA junior et senior, un exploit égalé par Maya Moore (Coupes du monde U19 2006, 2010 et 2014) et Breanna Stewart (Coupes du monde U19 2011 et 2013, Coupes du monde 2014 et 2018).

Une place parmi les plus grands, plus que méritée pour Tamika qui aura marqué l’histoire de son sport tout au long de sa carrière. Félicitations !



Equipe(s) en lien : Indiana Fever