| Publié par

Après une deuxième journée parfaite pour nos équipes françaises engagées dans la compétition la semaine passée (6 matchs, 6 victoires), retour sur leur troisième journée d’Eurocup !

Virtus Bologna 66 – 78 Roche Vendée

La Roche Vendée se déplace à Bologne ce mardi  en tant que leader du groupe H. Les Yonnaises comptent bien enchainer une troisième victoire de rang et laisser le Virtus Segafredo Bologna en dernière position.

Les 5 de départ :

Virtus Segafredo Bologna : Myisha Hines Allen, Beatrice Barberis, Ivana Dojkic, Valeria Battisodo, Cecilia Zandalasini

Roche Vendée : Ana Suarez, Ornella Bankole, Assitan Koné, Oceane Monpierre, Tiffany Clarke

La première mi-temps

Le début de match est plutôt équilibré mais profite aux italiennes qui infligent un 9-1 aux françaises au bout de 3 minutes de jeu. Emmanuel Body prend un temps mort pour remettre en place ses troupes, très brouillonnes jusque là. De retour sur le terrain, le match s’emballe avec des remontées de balles très rapides des deux cotés. Le RVBC profite des tirs ratés de Bologne et d’un primé de Monpierre pour revenir à niveau (11-12) à 3 minutes de la fin du quart temps. Les locales très agressives défensivement se retrouvent rapidement dans la pénalité, ce qui profite aux vendéennes qui finissent le premier acte devant (16 – 22).

Le second quart temps

Sous l’impulsion du duo Clarke et Lewis déjà à 12 points chacune, la Roche Vendée impose son rythme en attaque et domine le rebond (24 rebonds pour les yonnaises contre 10). En face les italiennes sont submergées par le  jeu proposé par les filles d’Emmanuel Body et sont pour la première fois du match sans solutions. Le RBVC va alors creuser le plus gros écart de la partie jusqu’à maintenant (22-37), 4 minutes avant la mi-temps et maintenir le rythme jusqu’à la pause, pour compter une légère avance  (30-43).

La deuxième mi-temps

Pour son retour sur le parquet, les joueuses du Virtus Segafredo Bologna ne comptent pas se laisser distancer. Hines-Allen sonne la révolte en offrant un +4 a son équipe avec notamment un tir rageur en suspension face au panier et imposer un 6-0 aux vendéennes. Mais Suarez, discrète jusque là, offre un nouveau souffle à son équipe avec 8 points marqué en l’espace de 3 minutes, aidée de Bankolé qui ajoute 5 points pour les Yonnaises. Lino Lardo, le coach italien est obligé de prendre un temps mort pour stopper l’hémorragie, 39-56 pour le RVBC. Les italiennes vont mettre beaucoup d’énergies à revenir mais en vain face au collectif vendéen. La Roche Vendée termine ce troisième quart temps devant (53-65).

Les dix dernières minutes

Le dernier quart temps est beaucoup haché par les fautes et les pertes de balles des deux cotés. Bologne est dos au mur et sait qu’il reste peu de temps pour revenir à hauteur, mais la réussite au tir fuit les joueuses de Lino Lardo. Côté français, le quatuor Bankolé – Clarke –Lewis – Suarez est inarrêtable et va mener la Roche vers la victoire malgré une remontée des italiennes durant la fin du match. La Roche Vendée s’impose 66 -78 en Italie. Ornella Bankolé et Tiffany Clarke terminent en double-double : 16 points et 10 rebonds.

Les Yonnaises combatives conservent leur statut de leader du groupe H avec la manière et n’ont plus qu’à décrocher une victoire pour se qualifier pour le second tour de la compétition.

Crédit photo: FIBA

Flammes Carolo 58 – 69 Lointek Gernika

Intro

Les 5 de départ :

Charleville Mézières : Amel Bouderra, Magali Mendy, Evelyn Akhator, Christelle Diallo, Tima Pouye

Gernika : Tinara Moore, Paula Ginzo, Angela Bjorklund, Itziar Ariztimuno, Roso Buch

La première mi-temps

Le premier QT est très disputé porté par le duo Mendy/Akhator, tandis que du coté de Gernika, seule Bjorklund avec ses 9 pts tient son équipe à flot. Un flot maitrisé puisque Gernika termine ce 1er QT avec seulement un point d’écart. Alors que le 2e QT commence bien pour Gernika qui revient petit à petit (17-20 8’23), les maladresses et pertes de balle continuent aussi à briller des deux cotés. Après quelques secondes de jeu, Gernika perd Arrojo sur un coup de coude involontaire de Milapie dans la raquette. Elle sera obligée d’aller aux vestiaires pour se soigner mais reviendra en 2e période.

En l’absence d’Arrojo, Gernika ne semble pas avoir baissé les bras et continue à dérouler son jeu profitant des errances défensives des ardennaises. Les Flammes, à la recherche d’adresse à extérieur, sont en difficulté et il faudra compter sur les exploits individuels de Berkani (10pts à la mi-temps) pour recoller au score.

A moins de 4 minutes de la mi-temps, Mendy (10pts à la mi-temps) trouve la mire à 3 points pour prendre 3 unités d’avance (31-28). Berkani isolée à 3 points, marque et permet aux Flammes d’agrandir son écart à moins de 3mn de la mi-temps (34-30 2’39).

Brcaninovic on fire dans ce QT (13pts-4rebs pour elle à la mi-temps), ramène Gernika à deux points des ardennaises avant que Bouderra retrouve la mire à 3 points imitée par Akhator pour continuer de creuser l’écart avant la mi-temps (39-32 1’14). Ginzo puis Brcaninovic ramènent leur équipe à trois unités : 39-36.

La deuxième mi-temps

Le retour de vestiaires est loin de réussir aux Flammes qui renouent avec leurs maladresses de la première mi-temps. Pertes de balle, peu de réussite aux tirs et oublis défensifs, ce qui fait le bonheur de Brcaninovic qui continue son show (39-38 9’14). Bouderra qui semble avoir retrouvé son adresse à 3 points permet aux ardennaises de respirer un peu (42-38 8’45). Bjorklund marque derrière l’arc pour revenir à -1 (42-41 8’02) et s’en suit énorme passage à vide des deux équipes sans marquer pendant près de deux minutes.

C’est Moore qui débloque la situation et redonne le lead à son équipe avec un lay-up (42-43 6’20). A l’image de ce que propose Akhator sur la ligne des lancers-francs dans ce 3e QT (0/2 aux LF, 42-43 à 5’33), les Flammes, n’y arrivent pas, ou très peu.

Rien n’est simple. Malgré l’exploit à 3 points de Mendy qui redonnera le lead, Fiebich en souffrance dans la raquette, enchainera deux fautes qui permettront à Gernika de revenir au score (47-47 2’40). Les espagnoles continuent de jouer pou trouver l’extra passe et le panier facile, et elles ont raison, c’est efficace (47-49 2’11). Mais qui d’autre que Bouderra pour calmer les ardeurs espagnoles ? Elle shoot à 3 points du parking pour reprendre l’avantage à moins de deux minutes du dernier QT (50-49 1’58).

Et là, surement le tournant du match à 1’13 de la fin du 3e QT. Brcaninovic pénètre dans la raquette pour essayer de marquer, elle ne conclue pas mais retombe sur les pieds d’Akhator. Elle semble être touchée à la cheville gauche, boite et se voit dans l’obligation de s’asseoir sur le terrain en attendant le prochain arrêt de jeu. Elle semble incapable de poser le pied à terre et rentrera aux vestiaires. On ne la verra plus. Les flammes essaient de s’accrocher (51-49 1’09) mais en vain. Les ardennaises se prennent 3 points à quelques secondes de la fin dont 2 qui n’aurait jamais eu dû avoir lieu. Silva sur la ligne des lancers-francs en converti 1 (51-51 4″ ») et Charleville à la possession ligne de fond. Diop veut faire la passe à Berkani mais Silva veille et récupère la balle. Elle shoote pour redonner l’avantage à Gernika à la fin du 3e QT : 51-53.

S’en suit un 4e QT catastrophique pour les Flammes complètement éteintes. Elles se prennent un gros run au début : 2-12. Rien ne fonctionnera et les ardennaises marqueront 7 petits points dans ce dernier QT décisif noyées dans la simplicité du jeu des espagnoles qui joueront clairement leurs cartes . Les espagnoles n’ont pas forcement brillé mais elles ont livré une performance efficace dans les moments où il fallait ,tout en exploitant le manque d’inspiration offensives des ardennaises.

Les Flammes ont livré une prestation loin de ce qu’elles ont l’habitude de montrer. Peut-être liée à un peu de fatigue combinée à la blessure d’Akhator qui semble les avoir abattu. Elles encaissent là leur première défaite à domicile de la saison. On verra comment les ardennaises vont répondre à ce non-match ce weekend en LFB.

Tarbes Gespe Bigorre 78 – 69 ESBVA

Troisième journée de championnat dans ce groupe L d’Eurocup. A l’affiche du jour, un duel franco-français pour viser nulle autre que la première place du groupe ! Un match fou, à revivre juste ici.

Les 5 de départ :

Tarbes : Julie Wojta, Marie Pardon, Clémentine Samson, Ana Tadic, Yohana Ewodo

Villeneuve d’Ascq : Jolene Anderson, Caroline Hériaud, Sandra Ygueravide, Kariata Diaby, Jillian Harmon

La première mi-temps

Ana Tadic, côté tarbais, et Kariata Diaby, côté villeneuvois, lancent le match à l’entre-deux. Marie Pardon, fraîchement sélectionnée en Equipe de France 3×3, score le premier panier de la rencontre dans la raquette des nordistes (2-0, 1′). De l’autre côté, c’est Sandra Ygueravide, MVP de l’Europe Cup 3×3 2021, qui ouvre le compteur de son équipe avec un tir longue distance (2-3, 3′).

La partie est vite lancée : d’abord Diarisso puis Samson en contre-attaques punissent une défense nordiste fébrile (11-5, 5′), mais Hériaud, intégrée dans le 5 à la place d’une Jo Gomis préservée, répond coup sur coup aux tarbaises. Ewodo, qui aura joué tout le 1er quart, redonne l’avantage aux sudistes par deux fois : en premier rideau après un rebond offensif, puis derrière l’arc à 3 points, pour clore la premier acte (16-14, 10′).

Le second quart-temps

Magnifique action collective de Tarbes pour continuer le match ! Superbement servie par Mitrashinovikj, Oumou Diarisso termine près du cercle en alley-oop pour donner 4 points d’avance aux siennes (18-14, 11′). Les nordistes réagissent très vite. L’expérience d’Anderson et la grinta d’Ygueravide subliment un run de 2 à 14 en faveur de l’ESBVA (20-28, 15′).

L’attaque tarbaise se brouille et à l’intérieur de l’autre côté, Salaun trouve Harmon sous le cercle (24-32, 18′). Pour clore la première mi-temps, Ewodo et sa fougue s’offrent deux lancers-francs. 1 seul converti et une équipe de Villeneuve qui a mis à mal des tarbaises pourtant bien lancées dans cette partie d’Eurocup (25-32, 20′).

La deuxième mi-temps

Kariata Diaby à 3 fautes, c’est Clarince Djaldi-Tabdi que l’on retrouve dans la raquette villeneuvoise en ce début de seconde mi-temps. Et quel début ! D’abord de loin, puis lancée en contre-attaque par Anderson, celle que l’on a vu honorer sa première sélection en Equipe de France A cet été fait du grabuge dans la défense tarbaise (31-40, 25′).

Son adversaire directe, Ana Tadic, lui répond immédiatement, et par deux fois (35-40, 17′). Djaldi-Tabdi, bien servie par Hériaud cette fois-ci (9 passes décisives dans le match), conclut une nouvelle fois sous le cercle (35-42, 28′). La fanfare du sud-ouest fait du bruit dans les tribunes pour démotiver ses troupes, et Clémentine Samson joue les patronnes pour remettre son équipe dans le droit chemin avec deux tirs primés à 7 mètres pour conclure cet avant-dernier acte (41-42, 30′).

Les dix dernières minutes

Rien n’est joué et bien avisé sera celui qui prédira le nom de l’équipe vainqueure de ce duel franco-français ! De nouveau Samson d’un côté puis Ygueravide de l’autre, scorent à mi-distance pour (re)lancer les hostilités (43-44, 31′). Une erreur de Pardon envoie Salaun pour 3 lancers sur la ligne. Les 3 sont dedans et Villeneuve compte alors 4 unités d’avance, puis 6 après une contre-attaque conclue par Diaby (43-49, 32′). Tadic et Diaby s’échangent coups et paniers alors que le money-time de la rencontre est déjà engrangé (52-53, 37′).

La « clutch-attitude » de Jolene Anderson permet à Villeneuve de respirer en fin de partie avec 5 points individuels en 20 secondes (56-58, 38′). A 42 secondes du terme, l’ambiance est palpable et Villeneuve réussit à conserver ses deux unités d’avance. Temps-mort du coach tarbais Francisco Pinto. Sur un système offensif bien contesté par les filles du nord, Tarbes parvient à égaliser avec une Clémentine Samson de nouveau en patronne (58-58, 24 » à jouer).

C’est au tour de Rachid Méziane d’user un temps-mort, qui pourrait lui offrir la victoire en terre Sud-Ouest ce mercredi soir. Après un excellent jeu de passes et une fixation redoutable d’Ygueravide, c’est Hériaud qui est complètement ouverte à 3 points dans le corner droit. Le tir est pris, le chronomètre de jeu retentit, mais la cible est manquée et les deux équipes n’ont pas réussi à se départager après 40 minutes.

La prolongation – partie 1

Quel match en terre tarbaise ! Qui de Tarbes ou de Villeneuve d’Ascq parviendra à remporter cette troisième journée d’Eurocup ? En début de cette prolongation, c’est l’expérience de Jillian Harmon qui profite aux nordistes. Après deux séquences défensives individuelles impeccables ; d’abord au contre puis à l’interception et en finissant au tir en course, la néo-zélandaise met tout le monde d’accord en inscrivant les deux premiers points des 5 dernières minutes du match (58-60, 42′). Les jeunes Ewodo puis Salaun scorent dans leurs raquettes respectives et Villeneuve est toujours en tête à 70 secondes du terme (60-62, 43′). Tadic s’offre une place sur la ligne des lancers mais n’en convertit qu’un (61-62, 43′). De l’autre côté, Ygueravide, elle, ne manque pas sa cible et inscrit facilement un lay-up main droite (61-64, 55 » à jouer).

Villeneuve compte 3 unités d’avance. A 3 points côté Tarbes, Samson rate sa cible mais Tadic est au rebond offensif. Elle trouve désespérément Yohana Ewodo, absolument étincelante sur ce match, qui score en flotteur au milieu de la raquette nordiste et qui s’offre un and-one. Le lancer est converti et Ewodo permet aux siennes une nouvelle égalisation – le Quai de l’Adour explose (64-64, 34 » à jouer) !

Méziane décide de ne pas user de son temps-mort et c’est Ygueravide qui remonte la balle pour Villeneuve. Sans solution, elle transperce la défense tarbaise avant de lâcher son ballon à l’aile pour Hériaud. 4 secondes pour tirer, Hériaud s’infiltre mais se heurte à une défense de Tarbes parfaite. Balle perdue pour Villeneuve, 9 » à jouer et temps-mort Tarbes. La salle du Sud-Ouest est sur le point d’exploser ! Clémentine Samson a la balle, les quelques secondes au chronomètre s’égrainent. Derrière l’arc, Samson s’élève mais ne trouve pas la mire et nous offre donc une deuxième prolongation (64-64, 45′) !

La prolongation – partie 2

2 minutes d’intervalle de jeu pour remobiliser les troupes et concentrer les esprits. Il faudra tout donner et ne rien lâcher pour aller chercher cette victoire ô combien importante dans cette partie européenne. Comme pour la prolongation précédente, c’est Jillian Harmon qui redébloque le compteur, cette fois-ci avec un lancer franc (64-65, 46′). Et qui d’autre que Samson pour lui répondre ? Sur un tir qui semblait impossible à prendre, l’ex-yonnaise score avec un crochet main droite à 4 mètres et redonne l’avantage aux siennes (66-65, 46’50).

Rebond offensif après rebond offensif, Tarbes fait prendre l’eau à la défense nordiste. Clémentine Samson, sur un nuage dans cette partie, crucifie les filles de Rachid Méziane derrière l’arc (70-65, 48′). En sortie de temps-mort, l’ESBVA ne trouve pas de solution. Pardon en contre-attaque (+2), puis Tadic au poste (+2) et Ewodo en and-one (+3) usent des nordistes esseulées et sans nul doute épuisées. Fin de partie, les lancers d’Ygueravide ne changeront plus l’issue du match et les tarbaises s’imposent au bout de 50 longues minutes sur le score de 78 à 69.

Immense victoire, tant du point de vue physique que psychologique, des tarbaises. Emmenées par une Samson des grands soirs (46 minutes, 24 points, 7 rebonds, 3 passes), une Tadic patronne à l’intérieur (14 points, 13 rebonds, 3 interceptions, 2 contres) et une Ewodo aussi fougueuse que vitale (45 minutes, 21 points à 8/13, 4 rebonds), les filles de Coach Pinto prennent la première place du groupe L de l’Eurocup. Elles distancent d’un petit point leur adversaire du jour, Villeneuve d’Ascq, qui occupe la deuxième place. Revanche mercredi 1er décembre au Palladium de Villeneuve où la première place du groupe se jouera très certainement.

Dans la raquette, le duel a tourné à l’avantage de Tadic – Crédit photo : FIBA

Liege Panthers 41 – 103 Lyon Asvel Féminin

Julie Allemand, de retour sur ses terres natales, et ses coéquipières, comptent rester sur leur bonne dynamique.

Les 5 de départ :

Liège : Emmeline Leblon, Manon Descamps, Julia Franquin, Brittany Brewer, Eden Rotberg

Lyon : Alexsandra Crvendakic, Alexia Chartereau, Helena Ciak, Julie Allemand, Sara Chevaugeon

La première mi-temps

Dès l’entame du match, les Lionnes imposent leur rythme et font la course en tête, étouffant des locales qui n’inscrivent que deux points en six minutes. Pierre Vincent fait rapidement tourner tout son effectif, si bien que toutes ses joueuses ont foulé le parquet lors du premier quart temps.  Lyon maitrise tous les secteurs du jeu et a déjà fait le trou au bout de dix minutes (9-25).

Les lyonnaises sont en réussite, et continuent de travailler leurs attaques, alternant entre jeu intérieur et tirs extérieurs. Les belges ne trouvent aucune solution face à une défense de fer de Lyon. Il aura fallu 5 minutes à Liège pour inscrire son premier panier dans le deuxième quart temps. Lyon déroule. A la pause, les belges accusent un retard de plus de trente points (17-53).

La deuxième mi-temps

Liège démarre la deuxième mi-temps avec de la réussite mais les réponses lyonnaises de Chevaugeon ne se font pas attendre. La démonstration des lionnes continue. Le score s’envole. Toutes les lyonnaises, sans exception, sont dans le scoring et récitent leurs gammes. Lyon a tout de même encaissé 18 points dans ce quart temps et laisser échapper quelques rebonds (35-72).

L’intensité de l’Asvel ne faiblit pas dans les dix dernières minutes. Les filles de Pierre Vincent ont à cœur de jouer le match jusqu’au bout. Comme un symbole, la barre des 100 points est passée par la locale, Julie Allemand, ovationnée à sa sortie du terrain. Un match sans fausse note pour Lyon face à une équipe de Liège dépassée dans tous les domaines. Victoire collective toute en maitrise pour nos françaises (41-103).

L’Asvel offre un récital de basket aux 1500 personnes venues assister au match. La victoire est collective avec une évaluation à 143 (contre 10 pour Liège).

Julie Allemand à la baguette – Crédit photo : FIBA

Banco Sardegna Sassari 61 – 122 Tango Bourges Basket

Après deux victoires – l’une contre Tenerife et la suivante contre Fribourg – le Tango Bourges Basket compte bien finir cette phase aller d’Eurocup invaincu.

Les 5 de départ :

Sassari : Marida Orazzo, Veronica Dell’Olio, Giulia Moroni, Jessica Shepard, Maggie Lucas

Bourges : Iliana Rupert, Endy Miyem, Sarah Michel, Laetitia Guapo, Alix Duchet

La première mi-temps

Sur le papier, Bourges a toutes les armes pour remporter cette rencontre. En face, deux joueuses sont à surveiller : Jessica Shepard et Maggie Lucas, toutes deux évoluant (ou ayant évolué) en WNBA. Dès la première possession berruyère, Rupert inscrit le premier panier du match avec un tir à 5 mètres. Le premier primé d’une longue série. L’attaque berruyère est parfaite. Guapo en vitesse, Miyem en périphérie et Rupert dans la raquette font des étincelles. A la baguette, Duchet et Michel mènent la danse. Si bien qu’en 5 minutes de jeu, déjà 17 unités sont inscrites pour nos françaises. Très vite, Coach Lafargue remplace ses joueuses. Et quand Rupert et Miyem cèdent leurs places, Yacoubou et Godin prennent la suite du chantier…

Mouvement de balle impeccable, défense de fer et adresse aux tirs subliment un jeu de Bourges irrésistible dans cette première mi-temps ; et rien ne semble arrêter le club du Cher. Un long calvaire attend les italiennes du BS Sassari… Au bout de 10 minutes, Bourges a déjà pris un réel avantage et mène sur le score de 13 à 31.

Le deuxième quart-temps ne tournent guère à l’avantage des locales. Yacoubou et Miyem sont déjà à deux chiffres au scoring et quand Duchet respire sur le banc, la jeune Astier prend la relais. Contre-attaque sur contre-attaque, elle et sa coéquipière Eldebrink ne font pas de cadeaux aux supporters locaux. Mann et Michel en profitent pour ouvrir leurs compteurs et à la mi-temps, seule Godin n’a pas scoré côté berruyer. Yacoubou (12 points à la mi-temps) et les siennes rentrent au vestiaire avec 33 longueurs d’avance, 31 à 64.

La deuxième mi-temps

Bourges, en totale maîtrise dans ce match, ne peut espérer mieux. En face, Shepard et Lucas sont bien celles qui tentent de répondre au club français, mais sans succès. Une faute antisportive de Lucas envoie Miyem sur la ligne à peine 30 secondes après le début du troisième quart. Guapo fait le show en défense comme en attaque et à l’intérieur, « Shaqoubou » détruit la raquette italienne. Un sursaut d’orgueil surgit chez les blanches et roses qui scorent 12 unités en quelques minutes. Temps mort Larague pour apaiser les esprits et repartir de plus belle. Aussitôt dit, aussitôt fait, Mann puis Michel scorent derrière l’arc à trois reprises successives pour calmer les ardeurs locales et remettre les pendules à l’heure. Les actions berruyères sont toutes plus belles les unes que les autres et le match tourne à la démonstration. Au bout de 30 minutes, les françaises sont en tête de… 47 points, sur le score de 47 à 94.

Les dix dernières minutes

Pour finir en beauté, Godin entre à son tour sur la feuille de marque. C’est fait, toutes les joueuses berruyères ont marqué un panier. 9 minutes sont toujours à jouer et Eldebrink inscrit le 100ème point de l’attaque de Bourges. De l’autre côté, Maggie Lucas fait son bonhomme de chemin et inscrit 3 unités supplémentaires à un jeu italien fort brouillon. Tout sourit aux berruyères… jusqu’à la sortie sur blessure d’Alix Duchet. A l’interception en défense, la meneuse française se dirige au tir en course mais une mauvaise faute d’une italienne vient la stopper net. Un cri et une image moche viennent assombrir une équipe de Bourges jusque là radieuse. Fortement peinée, Duchet se tient le genou et se dirige à cloche-pied vers son banc. La fin du match ne changera pas la donne et Bourges s’impose (très) facilement sur le score de 61 à 122.

Un record de saison au scoring dans le championnat, chacune des joueuses à 15 minutes de temps de jeu ou plus, toutes ayant scoré un panier dont 7 à 10 points ou plus et toutes à 10 d’évaluation minimum (pour 179 au total !) : la copie rendue par Bourges est exemplaire, et de loin. En tête d’affiche : Elin Eldebrink et ses 22 points à 7/10 aux tirs, 5 rebonds, 10 passes et un magnifique 33 d’évaluation en seulement 24 minutes. En prime, une première place solidement acquise au classement dans ce groupe G de l’Eurocup. La seule ombre au tableau : la sortie sur blessure d’Alix Duchet… à surveiller dans les prochaines heures.

Une pose de vainqueure signée Pauline Astier – Crédits : FIBA

Le résultat final n’aura pas été aussi brillant que la semaine passée. Malgré cela, nos clubs français s’en sortent bien. Après la phase aller de cette Eurocup, la Roche Vendée, Bourges, Lyon et Tarbes virent en tête de leur groupe respectif. Côté Villeneuve d’Ascq et Flammes Carolo, les qualifications pour les playoffs se joueront en phase retour. A retenir lors de cette troisième journée : la victoire en double prolongation du Tarbes GB avec une Samson « samsontionnelle », les copies parfaites du Bourges Basket – avec un record offensif cette saison (122 points marqués) – et du Lyon ASVEL , et enfin la grinta de la Roche Vendée en terre italienne !

Toutes les infos Eurocup, LFB et Euroleague à suivre ici, sur baskelleball.com