| Publié par

La WNBA est de retour le 6 mai ! C’est le moment parfait pour faire le point sur la ligue. Chaque jour, on vous résume l’intersaison de chacune des franchises et ce qu’on peut attendre d’elles pour la saison à venir. On continue de détailler les différentes équipes avant le début de la saison. Cette fois on part en Californie discuter des Sparks de Los Angeles.

La saison dernière, les Sparks c’était :

Une saison en deçà de ses standards. En 2021, Los Angeles a connu l’un des effectifs les plus faibles de sa glorieuse histoire. Orpheline pour la première fois de sa star historique Candace Parker, l’équipe a aussi été touchée par les blessures comme celle de Nneka Ogwumike, qui n’aura joué que 18 matchs, ou de sa sœur Chiney (7 matchs seulement). Les Sparks faisaient tout de même parties des meilleures défenses de la ligue la saison dernière. Stat assez impressionnante: l’équipe avait le troisième meilleure « défensive rating »* de la ligue derrière des mastodontes comme Seattle et Connecticut. Cette excellente défense est aussi dû au travail de Brittney Sykes. La joueuse s’est révélée dans la Wubble et a compilé 4.6 rebonds et 1.8 interceptions par match, très notable pour une guard. Elle finit d’ailleurs deuxième des votes pour la meilleure défenseuse de l’année. C’est vraiment offensivement qu’on avait plus de mal dans la cité des anges. LA était la pire attaque de la saison dernière avec seulement 72.8 points par match. En définitive, les Sparks terminent la saison à la 10ème place avec un bilan de 12 victoires pour 20 défaites. C’est le même bilan que les deux équipes que l’on retrouve à la 9ème et 8ème place mais le tie breaker a été fatal pour la bande de Dereck Fisher.

Côtés perf’ individuelles, très bonne saison pour Erica Wheeler qui termine meilleure marqueuse de l’équipe (si l’on oublié les stats de Nneka qui a joué moins de matchs) avec 13.6 points de moyenne. À noter aussi la bonne saison d’Amanda Zahui B en patronne de la raquette des Sparks avec ses 5.1 rebonds et 1.2 blocks.

* le défensive ratting (cote défensive) est une stat utilisée dans le basket, notamment en NBA et WNBA, pour mettre en lumière l’impact défensif d’une équipe. Pour cela, on fait un calcul très simple pour se rendre compte du nombre de points que l’équipe a empêché grâce à sa défense: (Points de l’équipe adverse/ Possessions de l’équipe adverse) x 100. Une valeur inférieure à 100 signifie une meilleure cote défensive.

Free Agency

Elles arriventElles s’en vont
Chennedy Carter : récupérée dans un trade avec Atlanta Erica Wheeler : échangée à Atlanta avec le pick 15 de la draft 2022 et un premier tour de 2023
Jordin Canada : signée en tant que RFA, Seattle ne s’est pas aligné sur l’offreNia Coffey : en fin de contrat
Katie Lou Samuelson : récupérée, en plus du 9ème choix de la draft 2022, dans un trade avec Seattle Gabby Williams : échangée à Seattle
Liz Cambage : signée en tant qu’agent libre
Lexie Brown : signée en tant que RFA, Chicago ne s’est pas aligné sur l’offre

Draft 2022

Los Angeles disposait de 4 choix lors de cette draft 2022. Le manageur général/coach Dereck Fisher a tout d’abord appelé en 9ème position (pick à la base pour Seattle mais récupéré via trade) Rae Burrel, poste 2-3 très polyvalent de Tennessee. En universitaire, elle compilait 10.3 points à 40% au tir et 4.2 rebonds. Ensuite lors du second tour, Kianna Smith (Louisville) a été appelée en 16ème position et Olivia Nelson-Ododa (Uconn) en 19. Enfin, la draft des Sparks se finit avec le 27 choix et Amy Atwell (Hawaii).

Le choix 9 de cette draft 2022
Source: Instagram Rae Burrel

L’effectif

NOMPOSITION
Amy AtwellGuard
Lexie BrownGuard
Jordin CanadaGuard
Chennedy CarterGuard
Te’a CooperGuard
Arella GuirantesGuard
Kianna SmithGuard
Brittney SykesGuard
Kristi ToliverGuard
Rae BurrellGuard / Forward
Nneka OgwumikeFoward
Katie Lou SamuelsonForward
Jasmine WalkerForward
Chiney OgwumikeForward / Center
Liz Cambage Center
Olivia Nelson-OdodaCenter
Amanda Zahui BCenter
Tableau à jour du 29/04/2022

Joueuses à suivre

  • Katie Lou Samuelson : Après une saison européenne entachée par les blessures, KLS débarque aux Etats-Unis dans une toute nouvelle équipe. Elle sort de sa meilleure saison avec le Storm et semble continuer sa montée en puissance. Elle peut clairement faire partie des meilleures armes offensives des Sparks
  • Jordin Canada : La double championne WNBA vient renforcer l’effectif de LA avec sa vitesse, son expérience des grands matchs et son leaderships
  • Les soeurs Ogwumike : On les avait déjà choisit l’année dernière comme joueuses à suivre. Cela continue cette année puisque les deux soeurs représentent le coeur de l’équipe de LA. Nneka est la joueuse emblématique de la team et va pouvoir apporter son expérience tandis que Chiney continue de s’affirmer 
  • Liz Cambage : Figure emblématique de la Ligue, Liz débarque dans la cité des anges et devra rapidement devenir la patronne de la raquette. La quadruple All-Star aura sûrement beaucoup plus d’espace qu’aux Aces, où elle partageait la peinture avec A’ja Wilson, et devra s’imposer pour devenir la leader aussi bien offensivement que défensivement.
Liz a visiblement de grandes attentes dans sa nouvelle équipe
Source: ESPN

Un élément à suivre

  • Le vestiaire: LA a enregistré pleins d’arrivées cette année, dont des joueuses connues pour leur fort caractère. On pense notamment à Liz Cambage, connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche et sa passion pour le trashtalk, mais aussi à l’autre recrue Chennedy Carter, dont la fin de l’aventure avec Atlanta aura été plus que houleuse. Deux joueuses de caractère qui arrivent dans un effectif remanié, ça peut faire un cocktail bien explosif dans les bons comme dans les mauvais moments. Il ne faut pas oublier les autres joueuses qui voudront elles aussi créer leur place dans l’effectif.

Pronostic « made in BLB »

En toute transparence, lors de la réunion pour préparer cette article quelqu’un a dit « soit ça prend et ça finit dans le top 3, soit ça passe pas du tout et ça joue même pas les playoffs« . Et bien cela résume bien la saison à venir des Sparks. L’une des certitudes, c’est que les Sparks devraient garder leur forte identité défensive. Les cadres de la saison dernière sont encore là, on ajoute à cela Liz Cambage dans la raquette et Jordin Canada au périmètre: voilà une équipe bien pénible à attaquer. Maintenant offensivement, l’identité de l’équipe reste à définir. On a plusieurs joueuses capable de porter le ballon et de faire la différence, mais il n’y a qu’un seul ballon. L’expérience de Canada va être très importante à la mène pour guider son équipe et les jeunes un peu folle comme Carter. L’adaptation de Nneka Ogwumike va être intéressante à suivre (si elle arrive à rester en bonne santé). Lorsqu’elle était là l’année dernière elle avait beaucoup de ballons mais son rôle cette année sera sûrement plus dans le partage et son leadership tout comme Kristi Toliver dont les minutes vont surement diminuer. Attention tout de même car le style de jeu offensif (qui a plus que pêché la saison dernière) devra être définit au plus vite dans un effectif aussi remanié et dans une saison aussi courte. Cela sera sans aucun doute le rôle de Fisher. Mais puisqu’on parle de lui, ce qui nous inquiète le plus en réalité c’est le vestiaire. On vous l’a dit, les Sparks sont, cette année, un mélange de stars aux personnalités bien affirmées. Dans les moments de doutes, ces forts caractères peuvent ressortir et enfoncer encore plus l’équipe. C’est alors le travail du coach que de régler tout ça, sauf que Fisher ne nous a pas forcément convaincu ces dernières années quant à sa gestion de groupe. Soit ça passe, soit ça casse pour les Sparks. Selon nous, la construction de l’identité d’équipe va prendre du temps et Dereck Fisher apporte très peu de garantit de la bonne alchimie de groupe: c’est pour cela que nous voyons Los Angeles 10ème.

Equipe(s) en lien : Los Angeles Sparks