| Publié par

La WNBA est de retour le 6 mai ! C’est le moment parfait pour faire le point sur la ligue. Chaque jour, on vous résume l’intersaison de chacune des franchises et ce qu’on peut attendre d’elles pour la saison à venir. Aujourd’hui on part chez le champion en titre, le Chicago Sky.

La saison dernière, le Sky c’était :

Une montée en puissance. La saison régulière était d’abord en demi-teinte. On a d’abord assez mal commencé pour le Sky qui démarre très vite avec une série de 7 défaites, avec une Candace Parker gênée par les blessures. Mais petit à petit, l’incroyable collectif du Sky s’est mis en place et à montrer toute l’étendue de son talent. Chicago est l’équipe qui en moyenne faisait le plus de passes décisives avec 21.8 ast/matchs et c’est la troisième meilleure attaque de la ligue (83.3 pts/matchs). Chicago utilisait un jeu rapide, orchestré autour de la vision de jeu de Vandersloot, qui shoot bien et qui s’appuie aussi sur la fixation que peut créer Parker. En réalité, le Sky était une bonne équipe en saison régulière, mais une équipe qui ne se démarquait pas tant que ça (avec quelques dérapages contre les équipes de bas de classement). L’effectif de James Wade termine à la 6ème et valide ainsi les playoffs avec un bilan à l’équilibre: 16 victoires et 16 défaites. Enfaite, le Sky était en mode diesel la saison dernière: une bonne saison régulière mais sans forcément briller, puis des playoffs extraordinaires. Les joueuses de Chicago ont tout simplement dominé les phases finales. Première victime: la jeune équipe de Dallas (64-81). Puis c’est les Minnesota Lynx qui s’inclinent au second tour (89-76). En demi-finale, le Sky est opposé à Connecticut (1er du classement). Chicago domine les débats et s’impose 3-1 dans la série. Encore une fois, cette finale est à sens unique et le Sky remporte la finale 3-1 contre Phoenix. Chicago est donc champion WNBA 2021 avec une Kahleah Cooper MVP des finals.

Cotés perf’ individuelles, Courtney Vandersloot est la chef d’orchestre de cet incroyable collectif: elle finit meilleure passeuse de la ligue avec 8.6 passes par matchs. Le trio Cooper-Parker-Quigley mène le scoring (40.9 points/matchs à elle trois) mais c’est le collectif qui prîme toujours. Anciennement légende de Los Angeles, Candace Parker fait une très bonne saison (13.3 pts, 8.4 reb, 4ast) et son impact défensif a été très important dans la quête du titre.

Free Agency

Elles arriventElles s’en vont
Julie Allemand : récupérée dans un trade à trois équipes Diamond DeShields : échangée dans un trade à trois équipes.
Emma Meesseman : signée en tant qu’agent libreStefanie Dolson : partie en fin de contrat puis signée par le Liberty
Kysre Gondrezick : coupée par Indiana puis signée en tant qu’agent libreLexie Brown : échangée aux Sparks contre les droits de Li Yueru
Kathleen Doyle : signée en tant qu’agent libre

Draft 2022

Une draft que le champion en titre à regarder en tant que spectateur puisque le Sky ne possédait aucun choix cette année.

L’effectif

NOMPOSITION
Julie AllemandGuard
Kathleen DoyleGuard
Dana EvansGuard
Rebekah GardnerGuard
Kysre GondrezickGuard
Allie QuigleyGuard
Sparkle TaylorGuard
Courtney VanderslootGuard
Kahleah CopperGuard/Forward
Kaela DavisForward
Ruthy HebardForward
Anneli MaleyForward
Emma MeessemanForward
Emmanuelle TahaneForward
Masseny KabaForward/Center
Tina KrajisnikForward/Center
Candace ParkerForward/Center
Azurà StevensForward/Center
Li YueruCenter
Tableau mis à jour le 02/05/2022

Le coach James Wade a annoncé que Astou Ndour-Fall ne disputera pas la saison (raisons personnelles) et son contract a été suspendu.

Joueuses à suivre

  • Emma Meesseman: la MVP des finales 2019 débarque dans l’Illinois et viens renforcer ce collectif déjà bien fournit. Messeman est une joueuse forte de WNBA qui avait brillé à Washington de part son impact offensif, sa technique et son intelligence de jeu. Elle a manqué la saison 2021 car elle était avec la sélection belge mais sa nouvelle association avec Candace Parker a de quoi faire trembler la ligue. Le duo belge Allemand-Messeman sera aussi très intéressant à surveiller.
  • Kahleah Copper: Elle s’est vraiment révélée ces dernières années. Déjà MVP des finales 2021, KLC a brillé lors de son retour en Europe. Avec l’équipe espagnole de Salamanque, elle finit meilleure marqueuse (21.4 pts/matchs) et MVP de l’EuroLeague Women. De quoi ravir les fans du Sky, à l’aube de son retour prometteur en WNBA.
  • Vandersloot/Quigley: notre duo préféré nous a fait peur avec des rumeurs qui parlait d’un départ de Chicago. Finalement, elles sont bien là et pour notre plus grand plaisir. Après un très bon début de saison avec Ekaterinbourg (écourté avec la guerre), on a hâte de revoir le mélange flashy que représente la vision de jeu de Vandersloot et la main chaude de Quigley.
Crédit : Chicago Sky

Élément à suivre

  • La constance: on l’a dit, le Sky était en mode diesel la saison dernière. L’effectif a complètement « step up » pour les playoffs et pour aller chercher le titre ( si vous avez un peu de temps, c’est d’ailleurs très drôle de comparer les stats de saison et les stats de playoffs des joueuses). Cela a fonctionné la saison dernière, maintenant pour une équipe de ce calibre on attend aussi plus de constance. Chicago s’est fait peur en saison régulière, notamment contre des petites équipes. Est ce que l’équipe arrivera à garder la même dynamique des playoffs, où elles étaient presque intouchables, pour cette saison 2022 ?

Pronostic « made in BLB »

Chicago est clairement une équipe de premier plan. L’effectif est très talentueux avec un cinq majeur potentiel absolument terrifiant: Vandersloot-Quigley-Cooper-Messeman-Parker. Vandersloot est l’une des ( la ?) meilleures meneuses de la ligue. Candace Parker est une légende de la ligue avec un impact très fort sur l’équipe (même si pas forcément statistiquement). Quigley représente l’expérience et est capable de prendre feux à n’importe quel moment pour faire basculer le match. Messeman et Cooper représentent un peu plus la fougue de l’équipe, en plus de leurs talents et qualités techniques. Le banc est un peu plus faible mais a des arguments à faire valoir comme Ruthy Hebard ou encore Azurà Stevens. A noter aussi le très bon ajout de Julie Allemand à l’effectif. La meneuse belge de Lyon a brillé lors de sa saison rookie avec Indiana avant d’aller en sélection nationale la saison dernière. Elle fera un excellent back-up à une Vandersloot vieillissante et le duo belge peut faire des ravanges. Elles ont perdu quand même deux éléments essentiels. D’abord, Diamond DeShields qui jouait 26.2 minutes par matchs la saison dernière pour 11.3 points, 3.5 rebonds, 2.3 passes. C’est une grande perte puisqu’elle avait un rôle important dans la dynamique d’équipe (notamment défensive) et en sortie de banc pendant les playoffs. L’autre départ important est celui de Stef Dolson, qui avait perdu du temps de jeu depuis l’arrivé de Parker. Le recrutement est tout de même de qualité pour palier à ces départs. En revanche, gros problèmes aux postes 2-3, qui sont assez mal représenté sur le banc. Il faudra aussi trouver une vrai cohésion d’équipe entre toutes les joueuses de l’équipe qui ont besoins du ballons en main (comme Parker, Cooper, Vandersloot…). Si cet effectif reste sur la même dynamique que les playoffs de l’année dernière et n’est pas touché pas les absences ou blessures, c’est une équipe très solide qui gagnera sans doute pas mal de match sur la saison régulière. Nous les voyons 2ème et comme un vrai prétendant à sa propre succession.

Equipe(s) en lien : Chicago Sky