| Publié par

Lors du premier round des playoffs, seuls l’ASVEL et Villeneuve d’Ascq s’en étaient très bien sorti en sortant largement vainqueur de leur rencontre et de quoi s’assurer en grande partie, leur qualification. Ensuite, Bourges qui perd d’un point et Charleville de trois points, ont aussi largement de quoi pouvoir réagir lors de cette seconde rencontre et espérer accéder aux 16e de finale. A noter que la rencontre opposant Bourges à Londres a été reporté au 5 janvier prochain en raison de cas de covid dans l’équipe britannique. Enfin, là où cela devient un peu plus compliqué, c’est pour la Roche Vendée et Tarbes qui se sont tout les deux littéralement effondrés lors de leur première confrontation, cumulant de gros écarts de points, qui peuvent sembler difficiles à combler.

Lyon 99 – 46 Hataysport

Lyon a remporté la première rencontre sur un score très important : 110 à 63. Avec cette victoire, l’ASVEL s’est mis dans de très bonnes conditions pour pouvoir se qualifier. Il faudra une grosse performance des turcs pour espérer rattraper l’écart et espérer se qualifier.

Les 5 de départ :

Lyon : Julie Allemand, Cassidie Cierra Burdick, Alexia Chartereau, Sara Chevaugeon, Aleksandra Crvendakic.

Hatayspor : Büşra Akbaş, Aaryn Ellenberg, Gokce Dogan, Elif Emirtekin, Maddalena Gorini.

La première mi-temps

La première balle est lyonnaise avec la récupération de Julie Allemand (9 points, 4 interceptions). Le premier lancer à trois point est loupé pour Sara Chevaugeon (13 points) et cela permet, après une dure bataille au rebond, d’obtenir une faute pour Cierra Burdick (6 points, 12 rebonds, 2 interceptions). Malheureusement celle-ci ne parvient pas à transformer ses lancers en points. Les lyonnaises parviennent à installer très rapidement leur jeu défensif, avec une belle bataille au rebond grâce à Helena Ciak (12 points, 2 interceptions) et Dominique Malonga (14 points, 11 rebonds) mais également grâce à des interceptions. Lyon mène au score grâce à une Marine Johannes (14 points) en feu et la première mi-temps se termine sur le score 61 à 21.

Du côté de Hatay, le jeu collectif manque d’adresse avec seulement 10 et 11 points marqués au premier et deuxième quart temps.

La deuxième mi-temps

La deuxième mi-temps est à l’image de la première avec un club de Lyon ultra dominant sur tous les aspects du jeu : que ça soit en défense, en attaque (56,16% de réussite pour l’ASVEL contre 29,31% pour Hatay), au rebond, (28 rebonds total pour Hatay contre 48 pour l’ASVEL) etc.. Les joueuses de Hatay se font éteindre à petit feu et sont en manque d’adresse. Du côté de Hatay les deux meilleures marqueuses de cette rencontre sont Aaryn Ellenberg (16 points) suivi de Maddalena Gorini (12 points). Le match se termine sur le score 99 à 46.

Match sans grande difficulté pour Lyon qui termine avec 142 d’évaluation pour l’équipe et qui se qualifie pour la suite de la compétition.

Victoire collective de l’ASVEL qui s’assure une belle qualification pour le reste de la compétition – Crédits photo : FIBA

Roche Vendée 98 – 108 Nika Syktyvkar

Pour ce match retour du Premier tour des Play-Offs d’Eurocup Women, c’est un énorme défi que la RVBC doit relever. Les joueuses d’Emmanuel Body doivent l’emporter de 30 points pour se qualifier au tour précédent, une tâche très difficile que les Russes, portées par Azura Stevens, ne comptent pas faciliter.

Les 5 de départ :

RVBC : Ana Suarez ; Océane Montpierre ; Ornella Bankolé ; Tiffany Clarke ; Kaleena Mosqueda-Lewis

Nika Syktyvkar : Marina Goldyreva ; Azura Stevens ; Tyasha Harris ; Mariia Cherepanova ; Varvara Psareva

La première mi-temps

C’est une entame de match en deux temps, premier round : observation, les deux équipes se jaugent et se rendent coup pour coup (10-12 à 4’17). Par la suite, la Roche va tenter d’accélérer par l’intermédiaire de la jeune Coline Franchelin (5 points dans le quart temps) mais le club Russe et Varvara Psareva (10 points, 5 rebonds et 6 passes) répond aux offensives vendéennes. Aucune des deux équipes n’arrivent à faire la différence mais déjà le duel d’intérieur fait rage entre Azura Stevens côté Nika et Tiffany Clarke côté RVBC. A la fin du premier quart, les deux équipes sont à égalité : 24 partout.

Dans le deuxième quart-temps, la Roche attaque d’entrée par un 5-0 sous l’impulsion d’Ornella Bankolé qui score sur un And-one. Mais les Russes du club de Syktyvkar y répondent par un 11-2 grâce à la meneuse Marina Goldyreva (18 points 7 rebonds et 6 passes), très active en ce début de rencontre (5 points, 4 rebonds et 4 passes en 1ère mi-temps) de quoi prendre les commandes de la rencontre, 31 à 35 (5’46 à jouer) et forcer Emmanuel Body à prendre un temps mort. Les Tigresses recollent (37 partout) par le biais d’Ana Suarez (en double-double, 11 points et 11 passes) mais, encore une fois, Nika continue sa grosse prestation offensive et inflige un 14 à 6 aux Vendéennes C’est Azura Stevens (21 points et 11 rebonds) et Hind Ben Abdelkader qui portent l’attaque russe, cette dernière inscrit même un panier au buzzer. Plus globalement, les russes dominent déjà aux rebonds (23 prises à 17) et vivent par leur adresse à 3 points (42%), le score à la pause en faveur de Nika 43-51.

La deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, les russes continuent de dominer et prennent rapidement 10 points d’avance 46-56 (9’) avant que les Tigresses ne se réveillent, et passent un 7-0 pour revenir à 3 points, 53 à 56. Mais la solide équipe russe maintient le cap. Sur un 3 points de Tyasha Harris (14 points et 4 passes), Nika reprend 11 points d’avance 55-66 à 5’33. L’écart continue de gonfler et sur un autre trois points, cette fois-ci signé Mariia Cherepanova (14 points, 4 rebonds et 2 passes) , le score est 57-71, ce qui force Emmanuel Body à prendre un temps mort. Immédiatement, les Tigresses se révoltent, souvent sous l’impulsion d’Ornella Bankolé, de quoi revenir à 8 points mais encore une fois, Syktyvkar remet le couvercle et passe un 8-0 aux locales. L’écart se stabilise et sur un panier au buzzer signé encore une fois Hind Ben Abdelkader (en feu ce soir avec 31 points à 6 sur 12 à 3 points et 3 rebonds). Le score avant le dernier acte, 67 à 84.

Si tout espoir de qualification est désormais envolé, l’envie de sauver les honneurs en remportant le match est toujours là, à l’image de Kaleena Mosqueda-Lewis (18 points, 5 rebonds, 2 passes et 2 interceptions) qui trouve la mire à 3 points. Le début d’un 10-0 infligé par les Tigresses. Une défense retrouvée, les vendéennes grapillent des ballons qu’elles iront convertir en contre-attaque, à 7’ du terme, le RVBC revient à seulement 7 unités, 79-86.  A moins de 6 minutes, sur un énième rebond pris par les russes (domination 28 à 39 en faveur de Nika), deux points sont inscrits, forçant la Roche à prendre un temps mort. L’écart reste plus ou moins le même jusqu’à la fin. Côté Roche Vendée, Ornella Bankolé (22 points, 8 rebonds, 5 passes et 2 interceptions) Tiffany Clarke (13 points, 3 rebonds et 3 passes) ou encore Assitan Koné (18 points, 2 rebonds, 3 passes et 2 interceptions) marquent dans le drive ou près du cercle alors qu’Hind Ben Abdelkader et le Nika Syktyvkar canardent toujours à trois points (l’équipe russe terminera sur un incroyable 16 sur 35 à 3 points, soit 46% de réussite). Pour le prestige, Palmire Mbu vient inscrire son seul et unique panier (un 3 points). Mais en fin de compte, la marche était trop haute pour des Vendéennes valeureuses jusqu’au bout. Défaite sur un score très offensif : 98 à 108.

C’est une défaite malheureusement synonyme d’élimination pour les joueuses du RVBC. Malmenées à l’aller comme au retour, les Tigresses n’auront pas fait le poids face à des Russes insolentes d’adresse. Toutefois, elles auront montré des qualités d’abnégation remarquables. La Roche Vendée peut maintenant pleinement se concentrer sur la Ligue Féminine pour alors tenter d’oublier cette fin d’aventure européenne compliquée.

Ornella Bankolé, une des rares Tigresses à avoir réussi à s’illustrer dans cette série pour la Roche.
Crédits Photo : FIBA

Tarbes 55 – 63 AZS UMCS Lublin

Les polonaises avaient remporté la première rencontre sur un large score 72-55 qui mettait Tarbes dans une situation compliquée pour pouvoir se qualifier. Un résultat qui n’était pas du tout représentatif de la rencontre, Tarbes s’étant effondré dans les cinq dernières minutes. De quoi penser, qu’il y a quelque chose encore à faire dans cette rencontre pour éviter d’être éliminé.

Les 5 de départ :

Tarbes : Julie Wojta, Clementine Samson, Yohana Ewodo, Marie Pardon, Ana Tadic

AZS UMCS Lublin : Ivana Jakubcova, Natasha Mack, Kamiah Smalls, Aleksandra Stanacev, Emilia Kosla

La première mi-temps

C’est Smalls qui ouvre le score de la rencontre coté polonais. Tarbes n’hésite pas et Tadic plante à 3pts (3-2, 9’32). Se met en place une bataille sans relâche entre les deux équipes. Que ce soit dans la raquette ou au scoring, ça joue des coudes et aucune des deux équipes ne prend largement la tête à la fin du 1er QT. Lublin termine ce quart-temps d’un point seulement grâce à une action de la MVP de la première rencontre, Natasha Mack, dans la raquette face à Diarisso qui ne peut rien faire : 17-18.

Le 2e QT n’est pas en reste. Tarbes s’accroche mais Tarbes est maladroit. Sans réellement livrer une performance de haut vol, Lublin profite de la maladresse des tarbaises pour grapiller quelques points en plus jusqu’à arriver à +10 sur un lay-up de Jakubcova (19-29, 4’07). Francisco Pinto, coach de Tarbes, prend un temps-mort et ce n’est pas une mauvaise idée quand on sait que les tarbaises n’ont pas mis un panier depuis près de 4mn. Lublin n’est pas forcement plus adroit et l’écart aurait pu être bien plus important. Coaching gagnant puisqu’au retour du temps-mort, Mitrashinovikj à 3pts met fin à la disette des tarbaises (22-29, 3’56). Tarbes se lance dans un petit 6-0 pour revenir à -4 à 3pts de la pause. Mais Jakubcova qui plante 8pts dans ce 2e QT, shoot à 3pts sans conclure mais obtient trois lancers-francs. Elle en mettra 1/3 (25-30 3’04). Mitrashinovikj puis Ewodo permettent à Tarbes de revenir à -1 moins de 2mn de la mi-temps (29-30, 1’40). Smalls et Mack calment les ardeurs tarbaises toujours aussi maladroites (29-34, 26sec). Dans les dernières secondes, Ewodo sert Wojta dans la raquette qui ne parvient pas à conclure mais qui obtient la faute. Elle plante les deux LF (31-34, 11sec à jouer). Tarbes retourne aux vestiaires avec seulement trois petits points de retard : 31-34 à la mi-temps.

La deuxième mi-temps

La pause aura plus ou moins fait son effet. Tarbes ne renoue toujours pas avec la réussite. A la mi-temps, les tarbaises étaient à 7/22 à 2pts et 3/11 à 3pts. Coté polonais, rien de fou non plus, et ça se joue à peu de choses, 10/20 à 2pts et 3/11 à 3pts. De quoi expliquer que la rencontre soit si disputé. Mais au retour des vestiaires, Tarbes ne renoue toujours pas avec la réussite et ne conclue les deux possessions de suite qu’elles obtiennent. Lublin en profite. Peu en réussite aussi mais assez pour être devant grâce à Smalls et Jakubcova qui cumulaient déjà 24pts à elles deux, à la mi-temps. Kosla n’est pas en reste et rajoute sa patte (33-42; 6’25) pour faire un peu plus mal. Pendant près de 3mn, Tarbes ne marque plus un point. Il faudra attendre l’interception de Pardon et sa passe pour Wojta en contre attaque pour réveiller le score tarbais (35-42, 5’42). Changement de tendance à partir de là. Grosse défense de Tarbes qui récupère des ballons et qui gène fortement les polonaises jusqu’à revenir à -3 (39-42, 4’45). La tendance s’inverse, c’est au tour de Tarbes de profiter de la maladresse des polonaises et revenir à -1 à la fin du 3e QT : 44-45.

Rien n’est joué donc dans cette rencontre mais au vu du score, difficile en un seul quart-temps de rattraper les 17pts de retard de la première rencontre. Wojta y croit encore et redonne le lead d’un point à Tarbes pour la première fois depuis le premier quart-temps (46-45, 9’29). Brezinova donne même 3pts d’avance (50-47, 7’17). Smalls (25pts – 7rebs – 4pds) n’est réellement pas prête à perdre cette rencontre et inscrit les trois points nécessaires pour revenir à égalité (50-50, 7’01). Brezinova non plus et marque à 3pts pour redonner l’avance aux tarbaises (53-50, 6’49). Fassina puis Smalls à 3pts permettent aux polonaises de repasser devant (53-56, 4’42). Tournant du match. Même si Samson répond sur un tir à 2pts (55-56, 4’23) et permet à Tarbes de revenir à -1, va s’en suivre une fin de match catastrophique des tarbaises qui n’y arriveront plus. Sans réellement briller, à l’image de l’ensemble de la rencontre, Lublin en profite et grapille des points quand le compteur tarbais est lui, resté bloqué à 55pts. Les polonaises se permettent d’être tout aussi maladroites mais bien moins que Tarbes. Il faudra attendre le money time et le tir de 2pts de Jakubcova pour revoir un panier dans ce match (55-58, 2’13). Sans solutions, Tarbes s’incline : 55-63.

Finalement, le 18-4 de la première rencontre dans les cinq dernières minutes, prend d’autant plus de sens dans cette deuxième rencontre où il y avait match et de quoi faire quelque chose pour se qualifier. Malheureusement, le retard trop grand cumulé dans cette première rencontre et cette défaite induisent la disqualification de Tarbes en Eurocup. Les scores ne sont pas très représentatifs du fait que cette disqualification s’est jouée à des petites détails. De petits détails importants au plus haut niveau européen car Tarbes n’était pas si loin finalement.

Yohana Ewodo du TGB – Crédits photo : FIBA

Movistar 54 – 60 Charleville-Mézières

Après une défaite de trois points la semaine dernière à la maison, Charleville doit absolument s’imposer à Madrid. La mission est simple : une win avec plus de quatre points et on se donne rendez-vous le 13 janvier pour la suite de la compétition; une défaite, et on profite des vacances avant de se focus sur la LFB.

Les 5 de départ :

Movistar Estudiantes : Arica Carter, Umo Diallo Dieng, Melisa Gretter, Mariona Ortiz, Laura Quevedo.

Charleville-Mézières : Evelyn Akhator, Amel Bouderra, Nia Coffey, Magali Mendy, Marica Gajic.

La première mi-temps

Comme lancé après le match aller, le Movistar démarre la rencontre en enchaînant à 3pt. Mais Coffey s’occupe de l’attaque des Flammes en marquant les 6 premiers points de son équipe et Bouderra montre qu’elle se débrouille aussi derrière l’arc, 9 partout. Si les hôtesses prennent rapidement presque dix points d’avance, les invitées vont bien se rattraper dans la deuxième partie de la première période. Un run conclu par Lisa Berkani, qui plante un gros 3 au buzzer. Arica Carter a porté son équipe et finit le premier quart avec 8pts, les madrilènes mènent 23 à 20.

Madrid plante de nouveau bien à 3 dès le début du deuxième quart. Heureusement, Lisa Berkani répond du tac au tac et garde les flammes au chaud. Mais les défenses vont se resserrer très vite et le scoring va se faire plus complexe. Les Estudiantes trouvent la brèche en provoquant des fautes et en scorant sur la ligne des lancers. Côté FCB, on rétorque aussi en attaquant le cercle, que ce soit en contre-attaque comme Akhator ou sur attaque placée comme Fiebich, qui ramène les siennes à -1. Malheureusement, Gretter lance un “ave maria” sur le gong, ce qui a de quoi dégoûter nos françaises avant la pause : 40-34.

La deuxième mi-temps

Pas effrayée par le tir de Gretter, Gajic lance la deuxième mi-temps avec un shoot du parking. Seulement en face, Sotiriou conserve l’avance pour les blanches en mettant 4 points de suite. Puis après plusieurs minutes sans panier, Berkani marque un gros 3 pour revenir à une possession. Ensuite, nouvelle traversée du désert pour chacune des formations : passes dans les gradins, tirs qui rebondissent sur l’arceau, on ne verra plus de points avant que Diallo Dieng ne redonne une petite avance à son club, 48-44 au buzzer. Néanmoins Charleville remporte ce quart-temps sur le score de 8 à 10.

Le FCB prend les choses en main dès le début du 4e quart. Coffey puis Berkani (encore depuis la buvette) et c’est la première fois que les Flammes passent devant ! Derrière cela, les équipes se rendent coup pour coup, mais Bouderra filoche derrière l’arc, +4 alors qu’il reste autant de minutes à jouer. Les Espagnoles n’ont pas marqué depuis presque 5 min et la défense des françaises est suffocante. Carter recolle au score avec 2pts. Berkani répond sur un lay up qui qualifie les siennes et Akhator fait passer sa team à +6 alors que le coach madrilène prend temps-mort. Nouvelle défense de fer, nouveau 3 manqué de la part des Estudiantes (6/23 au final) et nos françaises l’emportent 54 à 60 !

Malmenées en première mi-temps, les joueuses de Romuald Yernaux ont su retourner la situation et profiter de la maladresse de leurs adversaires ! Une Lisa Berkani impériale dans le clutch (7pts et 1ast pour 18pts au final), une Evelyn Akhator imprenable au rebond (12pts et 13rbs) et un dernier quart-temps géré d’une main de maître (6-16), voilà la recette du bonheur. Rendez-vous donc le 13 janvier, certainement face au Lointek Gernika (match reporté de ce soir).

La joie de nos Carolomacériennes !
Crédit photo : FIBA

Villeneuve d’Ascq 75 – 49 Tenerife

L’ESBVA au même titre que l’ASVEL avait assez bien assurée sa qualification avec une large victoire 56-93 lors de la première rencontre. Difficile pour Ténérife d’espérer se qualifier mais tout est possible dans le basket.

Les 5 de départ :

ESBVA : Jolene Anderson, Johanne Gomis, Sandra Ygueravide Viana, Jillian Harmon, Kariata Diaby

Tenerife : Krisztina Raksanyi, Maria Pina, Megan Walker, Janelle Anne Bailey, Gabriela Ocete

La première mi-temps

Le 1er QT s’est joué, lors de la première moitié, sur un faux rythme, cumulant maladresse et manque de réussite. Résultat ? Les deux équipent bataillent à parts égales au scoring. A 5mn de la fin du 1er QT, les deux équipes sont à égalité sur un shoot à 3pts de Hruscakova (8-8, 5’05). Quelques minutes plus tard, Diaby qui s’arrache au rebond, remet les Guerrières sur la bonne voie pour repasser devant (10-8, 3’49). A partir de là, les guerrières passent la cinquième et enchaine un 14-4 en moins de 4mn. Mode rouleau compresseur activé. Fin du 1er QT : 22-12.

Le 2e QT n’est pas en reste. Allure de croisière, Villeneuve n’est pas très adroit mais s’est installé une maison dans la raquette espagnol, de quoi se donner encore et encore des secondes chances. Anderson et Salaun marchent sur la tête des espagnoles dans leur raquette. Sans réellement briller au vu des nombreuses maladresses de Villeneuve (pertes de balle et manque de réussite au tir), les guerrières grapillent des petits points petit à petit. Gomis plante à 2pts pour donner +12 à l’EBVA (27-15, 5’16) mais il faudra attendre près de 2mn pour revoir les joueuses de coach Méziane remettre un panier sur une nouvelle action de Gomis (29-16, 3’21). Mais cette irrégularité des joueuses de Villeneuve semble laisser ouvert les espoirs des espagnoles qui ne lâchent rien et maintiennent un écart de -10 grâce à une Pina en forme avec ses 10pts à la pause : 34-24.

La deuxième mi-temps

Raksanyi avec son shoot à 3pts d’entrée, annonce la couleur. Ténérife n’a pas dit son dernier mot et a encore des armes à faire valoir dans cette rencontre (34-27, 9’26). Le message semble être passer coté Villeneuve, l’occasion de repasser la cinquième et infliger un 13-6 en près de 5mn (47-33, 4’46). S’en suit un passage à vide des deux équipes qui manquent cruellement d’efficacité et de lucidité. Ténérife cumule les pertes de balle et terminera la rencontre avec 20 balles perdues. Il faudra attendre le tir de Pina à 3’02 de la fin du 3e QT pour revoir un panier (47-35). Gomis, en feu, (19pts – 4rebs – 5pds – 4ints), répond aussi sec à 3pts pour agrandir l’écart (50-35, 2’11). Sans rayonner, les guerrières assurent et termine devant dans le 3e QT : 52-37.

Difficile pour les espagnoles d’espérer revenir. Même Villeneuve n’est pas aussi rayonnant que lors de la première rencontre, l’écart entre les deux équipes restent important et les guerrières assurent le nécessaire. Ténérife tentera de tenir cinq bonnes minutes (55-45, 6’45) avant de devoir réellement s’effondrer et subir les multiples attaques de Villeneuve avec Diaby, Diallo et Anderson (72-47, 1’11). Sans réel surprise, l’ESBVA s’impose largement : 75-49.

L’ESBVA s’était déjà bien ouvert les portes des qualifications avec sa première victoire et là, en ne livrant pas une aussi bonne performance, assurent tout autant sa place pour accéder aux 16e de finale de l’Eurocup. Ténérife, trop faible, n’aura su profiter des failles de réussites des Guerrières. L’essentiel est assuré et c’est finalement ce que l’on retiendra. Le repos fera un bien fou à l’effectif, c’est certain.

Anderson et son numéro 3 ont encore livré une belle performance au bord du double double (15 PTS – 9 REBS – 4 PDS) – Crédits photo : FIBA

Place aux 16e de finale

C’est un bilan en demi-teinte qui se dessine pour le basket français dans cette phase du championnat européen qu’est l’Eurocup. Tarbes et la Roche Vendée quittent la compétition après s’être littéralement écrasés dans cette phase de playoffs. Une phase qui s’est inscrite dans une période du calendrier où la fatigue se fait sentir, où chaque déplacement est une tare et où avoir de la profondeur de banc prend tout son sens pour pouvoir être efficace dans toutes les compétitions. C’est peut-être cela qui aura manqué à nos deux clubs. De l’autre coté, à l’opposé total, nous avons Lyon et Villeneuve d’Ascq qui ont totalement survolé cette phase et qui on su s’imposer de force et collectivement sur les terrains. De quoi laisser penser (rêver ?) au meilleur concernant le reste de la compétition. Enfin, il y a Charleville et Bourges. Si l’on ne peut encore se prononcer quant à Bourges, Charleville a su jouer de son expérience pour tirer le meilleur de son jeu et arracher sa qualification en 16e de final. Un sursaut d’orgueil non négligeable et qu’il est tout aussi plaisant à voir dans notre basket français (Oui nous sommes quelque peu chauvin). Peut-être pouvons nous espérer voir le même dessein pour Bourges ? Réponse le 5 janvier prochain.

Si deux rencontres (celle de Bourges et celle entre CBK Mersin Yenisehir Bld et Lointek Gernika) sont encore manquantes, nous savons majoritairement contre qui se joueront ces 16e de finale. Les premiers matchs auront lieu le 13 janvier prochain. Lyon affrontera le club russe de Nyka Syktyvkar et Villeneuve d’Ascq, le club polonais AZS UMCS Lublin. Concernant Charleville, il faudra attendre le match 1 non joué entre CBK Mersin Yenisehir Bld et Lointek Gernika pour savoir lequel des deux, elles affronteront. A noter que le match 2 a été remporté par Gernika 83-59. Rendez-vous pris donc pour 2022.

Retrouvez toutes les infos LFB, Eurocup et Euroligue sur www.baskelleball.com