| Publié par

Les phases de groupes se sont terminées il y a plusieurs semaines et ont été un carton plein pour les nombreux clubs français en lice. Verdict ? Tous les clubs français engagés se sont qualifiés, place maintenant aux playoffs et au premier round qualificatif de cette Eurocup.

Hatay 63 – 110 Lyon

L’ASVEL, qui a terminé première de son groupe, affronte Hatayspor, qui figurait parmi les meilleures troisièmes. C’est la première confrontation entre ces deux équipes.

Les 5 de départ :

Hatayspor : Büşra Akbaş, Büsra Akgün, Gokce Dogan, Elif Emirtekin, Maddalena Gorini.

Lyon : Julie Allemand, Cassidie Cierra Burdick, Alexia Chartereau, Sara Chevaugeon, Aleksandra Crvendakic.

La première mi-temps

Les lyonnaises entament bien leur match : une bonne défense, une attaque fluide et de l’engagement aux rebonds offensifs. L’ASVEL mène 13-03 au bout de 4 minutes. L’écart se maintient ensuite. Marine Johannes commence bien sa soirée avec 2 paniers à 3 points inscrits. Büsra Akgün marque un panier à deux points au buzzer, ce qui permet aux turques de terminer ce premier quart-temps à 5 unités des lyonnaises (20-25).

Box score : ASVEL : Sara Chevaugeon a déjà inscrit 7 points. Marine Johannes est à 6 points tout comme Alexia Chartereau. Du coté, d’Hatayspor Büsra Akgun est à 7 points.

Hatayspor inscrit le premier panier du deuxième quart pour revenir à 3 points. Un run de 5-0 dont un nouveau 3 points de Marine Johannes permet à l’ASVEL de reprendre un peu d’air (8 points d’avance). Une formidable série est alors entamée avec un nouveau 3 points, d’Ingrid Tanqueray cette fois. Un autre panier (sur rebond offensif) d’Alexia Chartereau et un 3 points d’Aleksandra Crvendakic donnent 18 points d’avance aux lyonnaises (34-52). La barre des 20 points est franchie grâce à Cierra Burdick. Les lyonnaises s’envolent mais un panier au buzzer de Gokce Dogan sauve les apparences. 38-56 en faveur de Lyon à la fin d’une première mi-temps dans laquelle l’ASVEL a largement dominé Hatayspor aux rebonds (33), notamment offensifs (14 prises).

Box score : Du coté de Lyon : Aleksandra Crvendakic est à 11 points et 4 reb. Marine Johannes à 11 points à 100% au tir (3/3 à trois points). Pour Hatayspor : 10 points pour Bürsa Akgun et 9 points pour Aaryn Ellenberg-Wiley.

La deuxième mi-temps

Le match repart avec un panier primé d’Aleksandra Crvendakic (+21 pour Lyon). Les lyonnaises étouffent leur adversaire du soir qui, au bout de 4 minutes, n’ont toujours pas inscrit le moindre point dans le jeu. Marine Johannes continue son chantier avec ses 4ème et 5ème paniers à trois points (44-72). Les paniers derrière l’arc pleuvent et Lyon mène désormais de 31 points. Un panier au buzzer de Marième Badiane conclut ce troisième acte. 49-84 pour Lyon qui déroule parfaitement son jeu et creuse un peu plus l’écart.

Box score : Pour l’ASVEL : Marine Johannes : 20 points à 6/7 à 3 points, Aleksandra Crvendakic à 14 points. Du coté d’Hatayspor : Bürsa Akgun en est à 15 points.

Lyon gère le dernier quart et l’écart se stabilise. Les lyonnaises continuent de dominer aux rebonds offensifs. La barre des 100 points est franchie sur un 3 points d’Ingrid Tanqueray. Un nouveau panier derrière l’arc de Juste Jocyte donne à Lyon 42 points d’avance. La jeune lithuanienne se charge ensuite de clôturer le match. Score final : 63-110 en faveur de Lyon.

L’ASVEL, qui n’a jamais été inquiétée lors de cette rencontre, remporte largement ce match aller. Marine Johannes a été exceptionnelle en sortie de banc avec 20 points à 6/7 à 3 points. Julie Allemand termine avec 18 points, 25 d’évaluation et un +/- de +40. Rendez vous le 22 décembre pour le match retour à Mado Bonnet.

Un match parfaitement maîtrisé des lyonnaises
Crédits photo : LDLC Lyon ASVEL Féminin

Nika Syktyvkar 103 – 74 Roche Vendée

La Roche qui avait terminé première de son groupe, entame son premier tour de playoff en se déplaçant jusqu’en Russie pour affronter cette équipe de Nika Syktyvkar qui avait terminé 3e de sa poule F.

Les 5 de départ :

Nika Syktyvkar : Marina Goldyreva, Varvara Psareva, Azura Breeona Stevens, Tyasha Harris, Mariia Cherepanova

Roche Vendée : Ornella Bankole, Tiffany Clarke, Kaleena Lewis, Ana Suarez, Assistan Koné

La première mi-temps

C’est une rencontre qui n’a pas réellement bien commencé. Les Russes sont à domicile et le font bien sentir. Elles s’imposent d’emblée avec un 5-0. Les Yonnaises sont en quête de réussite et de rythme. Bankolé ouvre le score pour la Roche d’un tir un 3pts (5-3). On aurait pu penser que c’était le moment pour repartir et reprendre la rencontre en main mais non. Cherepanova (12pts dans le 1er QT) enchaine et refroidit les ardeurs Yonnaises (12-3). Stevens, la championne WNBA 2021 avec Chicago, y met aussi son grain de sel. La Roche n’a pas de solutions et semble réellement désemparé. Bankolé est esseulée et le reste de l’équipe affolé. Les russes sont en confiance, elles défendent haut et mettent la pression. Gros break de fait déjà dans le 1er QT : 29-16.

Le 2e QT ne sera pas mieux. La Roche subit, semble épuisée, ne récupère pratiquement aucun rebond. Du coup, les Yonnaises laissent une multitude de secondes chances à l’équipe adverse, qui n’hésite pas à se gaver. Stevens au rebond ? C’est l’allégorie du foi gras. On lui donne et elle se gave, encore, encore et encore. A la mi-temps, elle est déjà à 14pts et 9rebs. La Roche retourne aux vestiaires menée de +22 : 57-35.

La deuxième mi-temps

Difficile de décrire ce qui a été un non match pour la Roche Vendée. La mi-temps n’a pas réellement fait effet. Les Russes survolent le match, Stevens continue de marcher littéralement sur la tête de toutes les joueuses. Les 24h de trajet qu’on fait la Roche jusqu’au Pôle Nord semble avoir complètement gelés les ambitions yonnaises. Bankolé essaie tant bien que mal, et force (même parfois trop ?), Suarez tente aussi mais en vain. Ce sont finalement, pour la plupart, de petits exploits individuels qui permettront à la Roche de grapiller quelques points ici et là. Lewis frustrée y met son grain de sel aussi et fait parlé son expérience pour artiller à 3pts et récupérer quelques points (à noter ses 21pts dont un 7/12 à 3pts).

Seul le 4e QT se terminera en faveur de la Roche. Le seul point positif donc, le sursaut d’orgueil en fin de match pour tenter de réduire au maximum l’écart qui s’était installé et finir la rencontre avec 74pts. Bankolé termine la rencontre avec 17pts et Stevens avec 28pts et 14rebs. A noter l’énorme performance de Nika Syktyvkar au rebond avec au total, 45 rebonds captés.

Non match de la part de la Roche Vendée qui doit s’en vouloir d’être passée complètement à coté et pour qui, la suite de la compétition, semble assez compromise.

Emmanuel Body, coach de la Roche Vendée – Crédits photo : FIBA

AZS UMCS Lublin 72 – 55 Tarbes

Tarbes avait terminé 2e de sa poule sur la phase de qualification précédente, juste derrière l’ESBVA. Les tarbaises entament donc ce premier tour de playoffs en s’opposant au club polonais, AZS UMC Lublin qui avait terminé 2e du groupe C.

Les 5 de départ :

AZS UMCS Lublin : Ivana Jakubcova, Natasha Mack, Kamiah Smalls, Aleksandra Stanacev, Emilia Kosla

Tarbes : Julie Wojta, Clementine Samson, Yohana Ewodo, Marie Pardon, Ana Tadic

La première mi-temps

C’est une très belle rencontre qui débute. Un beau début de match des deux cotés, très disputé où chaque possession à son importance. Coté polonais, celle qui fait le plus de mal, c’est Mack dans la raquette qui commence gentiment à y construire une maison. Beau premier quart-temps donc, disputé mais qui se termine en faveur de Tarbes d’un point (17-18). Les tarbaises sont bien en place et n’hésite pas à bien faire tourner la balle pour bien conclure leurs possessions. Début de match rigoureux et appliqué et si elle arrivent à contenir Mack qui met 9pts dans le 1er QT, la suite devrait s’arranger.

Tadic réouvre le score pour Tarbes avec un shoot à 3pts dans ce 2e QT pour donner un peu d’air (17-21 8’05) mais Niedzwiedzka, n’hésitera pas non plus et lui répondra aussi sec pour revenir à -1. Après Mack au rebond, c’est Mack à l’interception et les polonaises n’ont plus qu’à finir la contre attaque et repasser devant (22-21 7’12). S’en suit une traversée du désert pour le TGB qui ne marque plus et commence même à subir. Les polonaises infligent un 10-0 aux tarbaises à moins de 5mn de la mi-temps (27-21). C’est Wojta à 3pts qui remet Tarbes sur la bonne voie (27-24 3’03) pour revenir à -3. Espoir de courte durée, puisque le duo Mack/Smalls a décidé de ne rien laisser passer. Mack continue son chantier dans la raquette (à la mi-temps, elle est déjà en double double avec 11pts – 10rebs) et Smalls prend exemple. Les polonaises enchainent les secondes chances dans la raquette en récupérant les rebonds offensifs. Coté Tarbais, on est bloqué, on a marqué seulement 6pts dans ce QT. La fin de la période devient un peu plus laborieuse pour les deux équipes et se termine en faveur de Lublin : 32-24.

La deuxième mi-temps

Tarbes continue de s’accrocher durant cette 2e mi-temps. On se répond, c’est donnant-donnant. Samson redonne de l’air avec son shoot à 3pts puis Ewodo à 3pts aussi (37-34 7’18). Le duel Tadic/Mack dans la raquette fait plaisir à voir. Mais de nouveau un passage à vide pour Tarbes qui subit un gros +10 des polonaises (47-34 4’52). Tarbes va essayer de s’accrocher mais en vain, l’écart aussitôt réduit, est de nouveau remis. Tarbes repassent sous la barre des 10pts avec un shoot à 3pts de Tadic (47-40 2’58) mais reprend un écart tout aussi vite pour terminer le 3e QT à 54-46.

Brezinova entame le dernier QT en ouvrant son compteur avec un 3pts qui fera un bien fou (54-49) et laissé espérer une victoire. Tarbes a repris les armes et défend dur. Mais les polonaises sont hargneuses aussi et défendent. Plus personne ne marque depuis plusieurs minutes. Il faudra attendre le sursaut d’Ewodo à la 7’12 pour continuer à espérer gagner pour Tarbes qui impose un 5-0 et est derrière de seulement 3 petits points (54-51). Puis, le drame. Tarbes s’effondre. Mack a construit une maison, un hôtel et un l’Arc de Triomphe dans la raquette Tarbaise. Tadic n’y peut plus rien. Et tout le reste du jeu polonais se décortique. Plus rien n’est rigide et ça joue, ça percute. Tarbes n’y est plus et se prend un méchant 18-4 dans les 5 dernières minutes absolument pas représentatif de ce qu’avait fait le TGB depuis le début de la rencontre. Résultat final : 72-55.

Il y aura de quoi s’en vouloir sur la fin de match coté tarbais mais on ne peut enlever la belle performance du club polonais portée, par une énorme Mack dans la raquette avec 26pts et 19rebs. Les tarbaises ont laissé filer des points en fin de rencontre qui pourrait leur être préjudiciable pour l’avenir. A suivre.

Charleville-Mézières 75 – 78 Movistar

Les Flammes, leaders en championnat et deuxième de leur groupe en EuroCup, affrontent Estudiantes, également deuxième de leur groupe.

Les 5 de départ :

Charleville-Mézières : Evelyn Akhator, Lisa Berkani, Nia Coffey, Magali Mendy, Marica Gajic.

Movistar Estudiantes : Arica Carter, Umo Diallo Dieng, Melisa Gretter, Mariona Ortiz, Laura Quevedo.

La première mi-temps

Les premiers points de ce match sont pour les Flammes avec un panier plus la faute pour Magali Mendy (3-0). Estudiantes passe devant avec un run de 10-2. Les Flammes recollent avec un 3 points de Marica Gajic. Mais un nouveau petit run de 5-0 force Charleville-Mézières à prendre un temps-mort à 5’41 de la fin (8-15, Movistar). Un trois points de Nadia Fingall permet aux espagnoles de prendre 10 points d’avance. Movistar est en pleine réussite derrière l’arc (6/6), ce qui ne fait pas les affaires des Flammes. Elles sont menées de 13 points à la fin de ce premier quart (17-30).

Les Flammes inscrivent le premier panier du second quart-temps par l’intermédiaire de Marica Gajic. Elles enchaînent un 5-0 pour revenir à 8 points. Les espagnoles gèrent bien leur match. Malgré quelques rapprochements de la part des carolos, l’écart se maintient aux alentours des 9 points. Charleville a beau enchaîner les paniers, Estudiantes aussi. Il faudra attendre un run de 7-0 dans les 2 dernières minutes dont 4 points de suite de Nia Coffey pour voir les Flammes revenir à 1 point des madrilènes au terme de cette première mi-temps (46-47). Charleville aura dominé ce quart 29-17.

Box score : Du côté de Charleville, toutes les joueuses qui sont rentrées ont inscrit des points. Nia Coffey est leader avec 8 points marqués. Tima Pouye en sortie de banc est à 7 points. Pour Estudiantes, Nadia Fingall a inscrit 11 points à 100% de réussite à 3 points.

La deuxième mi-temps

Le premier panier est pour Magali Mendy et les Flammes passent devant pour la première fois depuis le début du match. Les espagnoles réagissent avec un 11-0, notamment grâce à Laura Quevedo et Nadia Fingall. Alors menée de 10 points, plus aucun panier ne rentre pour l’équipe de Charleville, qui prend un temps mort. Les Flammes retrouvent leur adresse et inscrivent 6 points de suite, ce qui leur permet de revenir à 4 points (54-58). Mais deux trois points des espagnoles donnent à nouveau à ces dernières 10 unités d’avance (56-66). Les Flammes se rapprochent en fin de quart (62-67).

Estudiantes commence l’ultime quart-temps avec un 3 points. Elles sont toujours très adroites derrière l’arc (60% à 12/20), et reprennent leur 10 points d’avance. Après plus de 3 minutes sans le moindre point de la part de son équipe, Evelyn Akhator marque 4 points de suite et permet aux Flammes de revenir alors qu’il reste 2’30 (70-76). Amel Bouderra rentre un 3 points plein de réussite au bon moment, permettant à Charleville de recoller à une possession et d’y croire. Bouderra réalise ensuite une super interception, offrant à son équipe l’opportunité d’égaliser. Mais le 3 points est raté par Magali Mendy. Après la possession espagnole il reste 1 seconde à Charleville pour prendre un shoot, malheureusement raté par Leonie Fiebich. Le score final est de 75-78 pour Estudiantes.

Boxscore : Du coté d’Estudiantes : Laura Quevedo termine avec 20 points et 6 rebonds pour 22 d’évaluation, bien aidée par Nadia Fingall avec 16 points. Pour les Flammes, Evelyn Akhator termine avec 18 points et 10 rebonds.

Les Flammes se sont bien battues, mais leur réussite à 3 points leur a fait défaut ce soir (18%) alors que les madrilènes ont été très adroites dans cette exercice (57%). Cependant, l’écart au score sera largement rattrapable lors du match retour qui se déroulera le 22 décembre en Espagne.

London 65 – 64 Bourges

Au Crystal Palace Sports Center de Londres, le Bourges Basket retrouve les London Lions et un visage bien connu, Johannah Leedham. Les Anglaises reçoivent un des favoris, Bourges, pour tenter de créer l’exploit dans le match aller des 1/32 de finales d’Eurocup Women.

Les 5 de départ :

Londres : Johannah Leedham ; Holly Winterburn ;  Chantel Charles ; Azania Stewart ; Kennedy Leonard

Bourges : Elin Eldebrink ; Sarah Michel ; Keisha Hamton ; Endy Miyem ; Iliana Rupert

La première mi-temps

Le premier quart-temps

Pour ce premier acte, c’est une entame difficile pour les deux équipes, un rythme très lent et peu d’adresse. Toutefois, ce sont les anglaises qui prennent les devants (8 – 4 après 5 minutes de jeu). Tout de suite, Olivier Lafargue arrête le match. Un temps mort qui fait du bien aux Tango qui reviennent rapidement, portées par Kristen Mann. Bourges continue sa remontée et reprend les commandes, dans le sillage d’une Isabelle Yacoubou déjà efficace, à la fin du quart : 14 – 17.

Le deuxième quart-temps

Le deuxième quart-temps est totalement différent. Plus intenses, les Lions prennent rapidement l’avantage et passent un 14-5 en moins de 5 minutes aux berruyères. Portées par la hargne et l’activité de Johannah Leedham (16 points, 8 rebonds, 4 passes et 2 interceptions), les anglaises contrôlent Bourges, de quoi forcer le technicien berruyer à prendre son deuxième temps-mort. De retour sur le terrain, les joueuses françaises recollent 32 à 31 alors qu’il reste 3 minutes. Mark Clark, le coach de l’équipe londonienne, prend alors un autre temps mort nécessaire et les Lions collent un 8 – 0 aux berruyères. La mauvaise série est stoppée par un 3 points d’Elin Eldebrink (8 points, 4 passes et 3 rebonds) mais Bourges est globalement dominée, surtout aux rebonds où Londres totalise 19 prises contre seulement 10. De plus, les 15 points inscrits par Londres sur les 11 ballons perdus par les berruyères font mal. A la pause, le score est de 40 à 34 pour les anglaises.

La deuxième mi-temps

Le troisième quart-temps

Au retour des vestiaires, le match se crispe. On retombe dans les difficultés offensives du premier acte : seulement 9 points inscrits pour chacune des équipes. Un manque d’adresse affolant et un rythme disparu. Seule Chantel Charles, l’ailière des London Lions, réussit à scorer un peu (12 points, 4 rebonds et 4 passes). Le score avant le dernier quart-temps s’élève à 49-43.

Les dix dernières minutes

Dans le dernier acte, Londres inscrit d’entrée 3 points sur la ligne des lancers francs mais Isabelle Yacoubou, puissante dans la raquette, Sarah Michel (6 points et 3 passes) à l’interception et Kristen Mann (12 points 4 passes et 3 rebonds) à 3 points permettent aux Tango d’infliger un 9-2 aux anglaises. De quoi revenir à deux petits points (54 à 52) et forcer un temps mort adverse à 7’07 du terme. Yacoubou continue de porter l’équipe : un « and one » sur contre-attaque après une belle passe d’Endy Miyem permet à Bourges de rester proche, 56-55. C’est le début d’un mano à mano irrespirable. Mais Londres, à l’énergie et au courage, reprend deux possessions d’avance à 4 minutes de la fin. Un temps mort berruyer est alors pris mais rien n’y fait, les London Lions commencent à croire à l’exploit et remuent le couteau dans la plaie : 63 – 57 à 2’40 du terme. Le match se tend alors encore plus, 65 – 61 à 1’04, ce qui force Olivier Lafargue à prendre un énième temps mort pour tenter une dernière fois de réveiller ses joueuses. C’est encore une fois sur Isabelle Yacoubou (17 points et 7 rebonds accompagnés de 2 passes) qu’on s’en remet côté berruyer : à l’expérience, elle rentre un panier plus faute, faisant renaître l’espoir. 65-64 à 27’2 du terme. Après le temps mort Anglais, une bonne défense de Bourges empêche les Lions de shooter et l’alarme des 24 secondes retentit. Le Hold-up est encore possible. Temps mort berruyer à 4’7 du terme. Mais la tactique mise en place est douteuse, et Michel ne rentre pas son 3 points. C’est finalement Londres qui l’emporte. Une victoire méritée, mais rien n’est fait, puisque c’est par la plus courte avance que les London Lions créent la surprise, 65 à 64.

Dans un match âpre et haletant, le piège tendu par les London Lions a fonctionné. Terrible désillusion pour le Tango Bourges Basket qui repart d’Angleterre sans victoire et avec des doutes pleins la tête. Il faut se reprendre et vite, le choc de LFB à l’Astroballe contre Lyon se joue samedi.

« An absolute upset »
Crédits photo : Bourges Basket

Tenerife 56 – 93 Villeneuve d’Ascq

L’ESBVA qui avait terminé premier de sa poule L avec un bilan de 5V-1D, retrouve le club espagnol de Tenerif, 3e la poule G avec 2V-4D.

Les 5 de départ :

Tenerife : Krisztina Raksanyi, Maria Pina, Megan Walker, Janelle Anne Bailey, Gabriela Ocete

ESBVA : Jolene Anderson, Johanne Gomis, Sandra Ygueravide Viana, Jillian Harmon, Kariata Diaby

La première mi-temps

C’est un premier QT qui s’ouvre en faveur de Tenerife avec un 3pts de Walker. Pas de quoi paniquer coté Villeneuve. Les joueuses de Rachid Méziane sont en place. Diaby et Ygueravide enchainent un 7-0 d’emblée (3-7) pour remettre les pendules à l’heure. Les espagnoles n’ont pas dit leur dernier mot à l’image du 3pts Raksanyi pour ramener Tenerife à -1 (10-11 4’03). Espoir de courte durée. Villeneuve passe la 2e et inscrit un 13-0 pour terminer le 1er QT à l’aise : 10-24.

Le 2e QT n’est pas en reste. Villeneuve est en gérance. Sérieuses et appliquées, les joueuses de l’ESBVA continuent de dominer sans laisser la moindre chance aux espagnoles. Walker joue toute seule, tant bien que mal, quand le collectif français, lui, déroule. Score à la mi-temps : 25-40.

La deuxième mi-temps

On le sait, le piège dans ce genre de rencontre, c’est de penser que la victoire est acquise et finir par se laisser aller. Un programme pas du tout envisagé par Villeneuve. Au contraire, l’impression d’être encore plus rigoureuse et une volonté d’aller au bout de cette rencontre de façon très sérieuse. Hériaud (12pts – 7pds), Anderson (13pts – 7rebs – 3pds), Salaun (15pts – 4rebs), et Harmon (12pts – 4rebs) sont à plus de 10pts. Les joueuses du cinq de départ et celles du banc sont en communion et permettent de garder la même intensité offensive et défensive. Tenerife ne peut répondre et subit. Villeneuve ira surement se diriger vers la victoire : 56-93.

Avec cette victoire et cet écart, Villeneuve se met en très bonne position pour se qualifier en 8e. Une bonne nouvelle avant d’enchainer la 10e journée de LFB ce weekend.

Large victoire pour les Guerrières – Crédits photo : ESBVA

On est loin du sans faute des clubs français sur les parquets européens lors du tour précédent. Seuls Villeneuve d’Ascq et Lyon semblent ne pas être tomber dans le piège tandis que les autres clubs, se retrouvent dans des situations plus que compliquées pour accéder à la suite de la compétition. A suivre donc.

Retrouvez toutes les infos LFB, Eurocup et Euroligue sur www.baskelleball.com