| Publié par

Hier les Bleues entamaient, pas parfaitement, mais efficacement ce Tournoi Qualificatif, en battant le Mali. Cette deuxième rencontre face aux championnes d’Afrique 2021, peut amener les françaises à se qualifier pour le Mondial en cas de victoire.

Nigéria 67 – 65 France

Les 5 de départ :

Nigéria : Promise Amukamara, Adaora Elonu, Oderah Chidom, Victoria Macaulay, Atonye Nyingifa

France : Gabby Williams, Marine Johannes, Olivia Epoupa, Alexia Chartereau, Iliana Rupert

La première mi-temps

C’est un début de match tonitruant pour les Bleues. Le duo Johannes/Williams est entré en feu dans cette rencontre, à l’origine du 13-0 français. Les nigérianes se sont prises une tempête et il faudra la 7′ pour voir le premier panier nigérian planté par Elonu (2-13). Elles tenteront de grappiller des points mais les Bleues livrent une incroyable performance dans ce 1er QT où elles font preuve d’énormément d’agressivité et d’intensité. Les françaises ont des phases de jeu rapide, le ballon tourne, elles alternent entre jeu intérieur et extérieur et défensivement, tout le monde est au même niveau d’intensité. Les Bleues défendent haut, sont sur tous les ballons et ne laissent aucun panier facile au Nigéria qui n’arrive pas à développer son jeu. Ciak fait un carnage dans la raquette, Chevaugeon met aussi son grain de sel notamment à 3pts, la rookie de l’EDF, Kendra Chery donne de sa personne en défense et nous offre même un petit contre (9-20 2’59). Les Bleues profitent de ces moments forts donc pour terminer le premier quart-temps en tête avec un shoot à 3pts de Chevaugeon à 14sec de la fin : 11-28.

Le second quart-temps

Le 2e QT continue à mettre en lumière l’adresse à 3pts de Chevaugeon. Comme lors de la fin du 1er QT, Chevaugeon plante à 3pts donne, par la même occasion, +20 à l’équipe de France (11-31 9’21). Amukamara marquera les premiers du Nigéria dans ce 2e QT après une interception de Kunaiyi-Akpanah (13-31, 8’29). Se met en place une disette, aussi bien côté nigérian que français. Et finalement, ça réussit davantage aux nigérianes qui, après 3mn de jeu sans panier, (et un doute lentement installé dans l’esprit des françaises), renouent avec le score Okonkwo se retrouve aux lancers-francs et pour mettre +2 (15-31, 5’29). Les Bleues ne retrouvent toujours pas le panier et perdent même des ballons dont les nigérianes vont se délecter. Petit à petit, elles reprennent confiance et déroulent leur jeu. Chidom, Amukamara, Okonkwo font le show et infligent un 10-0 aux Bleues leur permettant de revenir à -10 (21-31, 3’58). Après plus de 5mn sans marquer, la capitaine, Alexia Chartereau met un 3pts qui met fin à la disette Bleues et permet de respirer un peu (21-34, 3’21). Le temps-mort de Toupane n’y changera pas grand chose face aux Bleues qui livrent un jeu bien différent du 1er QT, qui ne sont plus dans la vitesse mais dans la précipitation « Il y a un peu de relâchement […] On a le temps ! ». Epoupa écope de sa 3e faute personnelle à 1mn de la pause. Toupane se voit obligé de la faire sortir. Malgré ce 2e QT en demi-teinte, les Bleues se dirigent vers les vestiaires en étant toujours devant : 27-38.

La deuxième mi-temps

C’est sur la même dynamique qu’avant la pause, voir même plus, que les nigérianes entament ce 3e QT. Chidom met les premiers points de ce 3e QT et Chevaugeon lui répond à 3PTS (29-41, 8’31). Elle ne s’arrête pas là, à l’interception puis à la conclusion, Chevaugeon fait du bien et rajoute 2pts au score français (29-43). Mais les nigérianes affichent un nouveau visage depuis la pause. Elonu plante à 3pts, Amukamara à l’interception, marque aussi. Elles se rapprochent petit à petit. Il faudra attendre l’interception de Rupert, puis ses LF qu’elle aura provoqués pour remettre des points (36-45, 5’02). Amukamara (10PTS – 4REBS – 5PDS – 2INTS) continue le show nigérian aussi bien au scoring, qu’à la passe. Okonkwo passe aussi la 5e. Elle intercepte, percute, provoque des fautes et marque (41-45, 3’38). Les françaises n’y sont plus. Jean-Aimé Toupane prend temps-mort pour essayer de recadrer son équipe.

Le constat que pose Toupane est véridique mais même avec ces mots, les Bleues ont réellement du mal à revenir surtout face à des nigérianes totalement galvanisées par ce renversement de situation. Se met en place le début du show Macaulay (19PTS – 4REBS – 4PDS – 5INTS). Les Bleues perdent des ballons encore et encore. Macaulay intercepte et n’a plus qu’à conclure (45-49, 34 sec à jouer). Berkani après remise en jeu, fait un marché et perd donc la balle. Nouvelle possession nigériane. Elle ne sera pas conclue mais c’est loin d’être un long fleuve tranquille dans les esprits et ça se voit sur le terrain côté français. Entre en jeu, le génie individuel. A quelques secondes de la fin, Johannes percute et met un layup 10/10 en note artistique où elle arrache le and one. +2 et +1 aux LF, à quelques secondes de la fin du 3e QT, les Bleues semblent reprendre des couleurs (45-52, 2sec). Et pourtant, l’expression « Marcher sur l’eau » prend tout son sens quand avec seulement 2sec de jeu, une remise de jeu ligne de fond, Amukamara récupère la balle, tir du milieu de terrain et marque au buzzer (46-52).

Les dix dernières minutes

Il faudra se remettre rapidement de cet évènement pour entamer ce 4e QT et espérer gagner le match. Ceci dit, le schéma du 3e QT se répète encore et encore jusqu’à ce que les nigérianes arrivent à égalité grâce à… Macaulay (54-54, 8′) ! Les Bleues, qui n’y sont plus, ne communiquent plus non notamment en défense. Le Nigéria profite des oublies défensifs des françaises et marque facilement. Les championnes d’Afrique prennent la tête du score pour la première fois de la rencontre (56-54) à près de 6mn de la fin du match (toujours sur une passe de Chidom pour Macaulay). Les exploits individuels de Johannes auront le mérite de nous livrer de grands moments basket, que ce soit son layup pour revenir à égalité (56-56, 4’41) ou son 3PTS de l’espace dans le money time qui nous remet devant d’un seul point (58-59, 3’25), ce ne sera pas suffisant. Fauthoux mettra aussi le 3pts d’égalisation dans le money time (62-62, 2’04). Williams le 3pts pour repasser devant d’un point (64-65, 1’18). Mais à chaque fois, les nigérianes auront l’énergie et les armes pour revenir, défendre, marquer et repasser devant. Macaulay aura été inarrêtable durant le match, d’autant plus dans ce QT et dans le money time. Les françaises ne réussiront pas à la contenir. Le duo Macaulay/Chidom aura été décisif jusqu’au bout. Le dernier temps mort français à 17sec de la fin n’y changera rien. Les Bleues à -2 jouent leur possession, mais sans solution encore malgré les directives de Toupane lors du temps-mort, se verront perdre la balle sur une mauvaise passe de Johannes pour Ciak dans la raquette mais interceptée par… MACAULAY ! Ciak fait faute rapidement pour envoyer les nigérianes aux LF et espérer récupérer la possession juste après mais sans temps-mort et seulement 2sec à jouer c’est compliqué. Chidom aux LF ne mettra aucun, Williams réussira à récupérer le rebond mais avec seulement 2sec à jouer, difficile de faire quoi que ce soit. Les Bleues s’inclinent : 67-65.

Après une incroyable entame de match des Bleues, les nigérianes ont fait preuve d’énormément de détermination et on su revenir dans leur -20 petits à petits. Elles ont grapillé des points au scoring à mesure qu’elles grappillaient ceux de la confiance des françaises. On l’a vu, les Bleues sont capables de faire de belles choses. Mais une fois l’adversaire dans nos têtes, on a toujours (et on l’a toujours eu) du mal à retrouver nos esprits et nos armes. C’était déjà le chantier de Garnier, et c’est, à présent, surement le plus gros de Toupane. Il y a encore du travail et face à peu de temps de préparation peut-être, est-ce normal, peut-être pas. Libre à chacun d’interpréter. En revanche, on ne peut nier que l’essentiel de la mission reste fait : la qualification pour le Mondial 2022 acquise à la suite de cette rencontre. Les Bleues iront donc bien en Australie mais en attendant, dernière rencontre du tournoi à jouer, ce dimanche, 18h face aux premières de ce groupe B : la Chine (déjà qualifiée aussi avec deux victoires à son compte).

Equipe(s) en lien : France Nigeria