| Publié par

Si vous l’aviez manqué, c’est l’info de la nuit ! La française est (enfin) de retour outre-Atlantique après son premier passage là-bas en 2019. Retour sur une soirée pleine d’excitation pour les fans français.

Une soirée mouvementée pour la Big Apple

Tout a commencé par un trade. Il est 20h58 et on apprend que New York envoie Asia Durr à Atlanta contre Megan Walker et les droits de Raquel Carrera. Un trade marquant au vue de ce que AD représente pour le Liberty, mais pas inexplicable. Après plusieurs problèmes de santé, le pick 2 de la Draft 2019 revenait cette année sur le parquet mais n’a jamais retrouvé son vrai niveau. Elle était de moins en moins utilisée par Brondello et se retrouve donc dans un trade qui fait revenir Megan Walker à New York après sa saison de rookie en 2020.

Dans la foulée, on apprend que le hardship contract (contrat courte durée pour les joueuses WNBA avec certaines conditions) de Crystal Dangerfield est terminé, mais que la franchise entend bien la faire re-signer définitivement. Pour cela, la franchise couperait directement Megan Walker avant même son arrivée. Dangerfield a eu un début de saison compliqué. La rookie de l’année 2020 a fait le training camp avec Minnesota mais s’est retrouvée libérée de tout contrat à quelques jours du début de saison. Après une courte pige à Indiana, elle débarque à New York pour assister Sabrina Ionescu. Une arrivée qui fait du bien à New York qui se relance et sa prolongation est plus que logique.

Et là, une bombe est lâchée : New York organiserait tout ses petits mouvements dans l’optique de faire venir Marine Johannès. Nos cœurs s’emballent, on est pris d’excitation et à peine le temps d’un « ouf », c’est officiel : le Liberty signe MJ jusqu’à la fin de saison. Des infos que l’on a vu passer, Dangerfield aurait re-signé un hardship contract et c’est Marine qui prend la place libre dans l’effectif.

Le rêve américain

Bien sûr on est super heureux et excités à l’idée de voir Marine en WNBA mais ce n’est pas que du chauvinisme. Johannès a marqué les esprits outre-Atlantique lors de son passage en 2019. Elle était forcément un peu plus jeune, un peu plus frêle mais déjà spectaculaire et ça, les américains adorent. Elle avait à l’époque compilé 7.2 points, 2.4 passes, plusieurs performances à plus de 20 points pour 19 matchs et 18 min de moyenne.

Soyons quand même clair, son arrivée pose beaucoup de questions. On ne l’a pas vu au top de sa forme en LFB cette saison, bien qu’elle a compilé 11.4 points et 3.2 passes de moyenne sur la saison régulière avec Lyon. Elle a eu du mal à s’adapter au style de jeu de son nouveau coach Pierre Vincent et a par exemple été complètement absente lors de la finale face à Bourges. Maintenant, on aime à croire que la WNBA est une très bonne chose pour elle. C’est un jeu qui correspond beaucoup plus à son style et on espère qu’elle y fera le plein de confiance avant la Coupe du Monde 2022.

Marine arrive aussi dans un contexte particulier. New York n’est pas dans sa meilleure forme. Avec un début de saison très compliqué et une série de sept défaites, le Liberty commence tout juste à se relancer mais des problèmes persistent. L’équipe est encore très dépendante des performances de Sabrina Ionescu et a du mal au scoring. C’est là qu’on se dit que Marine Johannès peut clairement apporter sa pierre à l’édifice. Au top de sa forme, on le sait, elle peut être une arme offensive redoutable et forcer les défenses à laisser des espaces.

Et puis comment ne pas parler d’un duo Sabrina Ionescu-Marine Johannès ? Pour vous donner une idée, les deux joueuses sont comparées à la référence du tir Stephen Curry. N’avons nous pas ici les « Splash Brothers » de la WNBA ? Ne nous emballons pas trop vite, en tout cas ce duo peut faire des étincelles. La française retrouvera deux joueuses avec qui elle a pu jouer en 2019 : Rebecca Allen et la chinoise Han Xu qui a aussi fait son retour aux US cette année. Cette dernière a pris une autre dimension cette année, sous les ordres de Brondello, et est d’ailleurs à l’origine avec MJ de l’une des plus belles actions de 2019.

On a maintenant qu’une seule hâte : la voir sur les parquets et s’éclater ! Cela pourrait arriver très vite puisque Marine Johannès serait disponible pour jouer dès ce vendredi 10 face à Indiana. Une française de plus en WNBA, ça fait toujours plaisir et ce n’est surement pas terminé. Selon certaines informations en coulisse, la MVP de LFB Iliana Rupert arriverait elle aussi la semaine prochaine sur les parquets WNBA avec les Las Vegas Aces, rien que ça ! La belge Julie Allemand, bien connue de notre championnat, arriverait elle aussi très rapidement puisque elle serait déjà à Chicago avec le Sky.

Equipe(s) en lien : New-York Liberty