| Publié par

On est à la moitié de cette saison WNBA et nous avons déjà eu droit à six triple-double. L’occasion pour nous de revenir sur l’Histoire de cette ligne de stats si particulière et qui fait tant parler.

Le triple-double, c’est quoi ?

Pour les moins basketteurs d’entre vous, vous ne comprenez surement pas ce qu’on entend par « triple-double ». Cette expression vient du terme « double » qu’on utilise comme raccourcit en anglais pour dire deux chiffres. Littéralement, on a donc « triple deux chiffres », autrement dit, trois fois deux chiffres. Dans les faits, cette expression signifie que sur la ligne de stats d’un.e joueur.se, on a trois stats qui dépassent ou égales à 10. Le triple-double « de base » est ainsi 10 points – 10 rebonds – 10 passes, mais il n’y a pas que ces trois stats qui sont concernées. On peut aussi avoir au moins 10 interceptions ou au moins 10 contres (on en reparlera). Alors que chez les garçons ce phénomène a été banalisé par des extra-terrestres comme Russel Westbrook ou Oscar Robertson, cela reste une énorme accomplissement/exploit en terme de performances. Certes, c’est beaucoup plus rare en Europe et en WNBA mais ça s’explique aisément par des années de développement en moins par rapport au basket masculin. Quand on sait que la WNBA a fêté ses 25 ans la saison dernière et que la NBA soufflait ses 75 bougies cette année, on comprend mieux. Et, les évènements récents en WNBA, nous prouvent une fois de plus que le basket féminin n’a pas fini de grandir et de se développer.

N-B : la WNBA reste une ligue assez jeune, aussi bien dans son existence que dans son organisation. Ainsi les triples-doubles dont nous allons parlé ici sont ceux validés par la ligue. Il est important de préciser cela car plusieurs lignes de stats ont été à postériori invalidées car la ligue considère que les stats ont été mal comptabilisé. C’est le cas notamment des performances de Brittney Griner, Angel McCoughtry ou encore Layshia Clarendon. A chaque fois, une nouvelle vision du match a conduit à l’invalidation de ces TD.

The Queen CP3

A l’heure où l’on écrit ces mots, Candace Parker est tout simplement la reine du triple-double en WNBA. Trois. Elle en a réussit trois. Comme une coïncidence pour CP3 (the real if i speak). Et le pire (ou le meilleure) c’est que, à 36 ans, il n’est toujours pas question de raccrocher les baskets pour elle. Faut dire que 15 saisons en WNBA, ça aide quand on domine comme elle le fait. Tout à commencer à Los Angeles lors de sa dixième saison. Puis, sa production de TD à exploser cette année. Elle est devenue, le 22 mai dernier, la troisième joueuse de l’Histoire à réussir plusieurs fois cet exploit mais aussi, la première à faire plusieurs triples-doubles dans la même saison. Comme si cela ne suffisait pas, elle obtient le record de la joueuse qui a fait le plus de TD en carrière. Comme un symbole, c’est contre son ancienne équipes, les Sparks de Los Angeles qu’elle devient la reine de cette ligne de stats.

Sabrina Ionescu : le futur est déjà là

24 ans. Elle n’a que 24 ans et elle fait déjà partie des plus grandes. L’ancienne d’Oregon avait déjà écrit l’Histoire avec les Ducks : elle détient le record de triple-double en NCAAW avec 26 production. Et elle n’a pas décidé de s’arrêter là. Après seulement deux saisons et demi dans le grande ligue, Sabrina confirme qu’elle a le triple-double dans le sang. Sa jeune carrière en WNBA est déjà remplie de trois TD, soit autant que CP3 qui a des années d’expérience. L’immanquable star du Liberty est la plus jeune joueuse de l’histoire à avoir fait un triple double (23 ans et 163 jours). Elle a réussit cette exploit lors de sa deuxième saison en WNBA et elle a fait son deuxième TD le 12 juin dernier lors de la défaite contre Chicago. D’ailleurs, il n’existe que deux joueuses qui ont perdu leur match malgré leur triple double (Johnson et elle).

Son dernier triple-double en date est surement l’une des performances les plus marquantes de l’Histoire de la ligue. C’était le 6 juillet dernier face aux Aces. Sabrina réalise alors le premier TD de l’Histoire à +30pts. Faut dire qu’elle ne ratait rien cette nuit là : 10/13 au tir, 7/8 à 3pts (dont des tirs très loin du parking) et aucune perte de balle. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle réalise des performances de ce calibre de façon régulière. Il n’y a qu’à voir ses stats sur le moins de juin 2022 (19.5 pts/8.1 rebs/ 7.2 pds), mois durant lequel elle a été meilleure joueuse.

Les quatre fantastiques

Avant de rentrer dans le détail des triple-double en WNBA, il faut qu’on parle de quelque chose : le club des 4. Elles ne sont que quatre dans l’Histoire de la ligue a avoir réussi plusieurs triple-double dans leur carrière. On en a déjà vu deux avec Parker et Ionescu, focus sur les deux restantes.

La première a avoir réussi cette exploit, c’est Sheryl Swoopes, joueuse légendaire de l’ancienne franchise des Comets de Houston. Elle est la première a avoir fait un TD en WNBA mais aussi la première a en avoir compilé deux dans sa carrière. Il faut dire que notre amie Sheryl est une légende incontournable de la ligue et des Comets. Intronisée au Hall Of Fame en 2016 (panthéon du basket), elle a participé à la dynastie des Comets qui remporte les quatres premières éditions de la WNBA (1997-2000). En plus de ça, elle est nommée trois fois MVP de la ligue, trois fois meilleure défenseuse, six fois All-Star et a terminé deux fois meilleure marqueuse.

Crédit : WNBA

Comme si ça ne suffisait pas, elle est la première a avoir fait un triple-double lors des playoffs : c’était en 2005, demi-finale de conférence contre Seattle, un match remporté 75-58 avec 14 points/10 rebonds/10 passes pour Swoopes. LEGENDE !

Allez, revenons un peu plus à notre époque puisque les trois autres joueuses de ce club très fermé sont encore en activité. Courtney Vandersloot, meneuse emblématique de Chicago, est la seconde a avoir rejoint le club « plusieurs triples-doubles en carrière » en 2021. Ce qui est impressionnant avec Sloot, c’est que à chaque TD, elle régale ses coéquipières avec des passes caviars dont elle a le secret : 13/10/15 en 2018 et 12/10/18 l’année dernière, lors de la demi-finale de conférence contre le Sun (match avec deux prolongations).

15 performances extraordinaires

Si on compte ceux cités précédemment, il y a eu 15 triples-doubles dans l’histoire et les voici :

Sheryl Swoopes (Houston)27 Juillet 199914 points/ 15 rebonds / 10 passes décisives
Malgorzata Dydek (Utah)7 Juin 200112 points / 11 rebonds / 10 contres
Lisa Leslie (Los Angeles)9 Septembre 200429 points / 15 rebonds/ 10 contre
Deanna Nolan (Détroit)21 Mai 200511 points / 10 rebonds / 11 passes décisives
Sheryl Swoopes (Houston)3 Septembre 200514 points / 10 rebonds / 10 passes décisives
Tameka Johnson (Seattle)24 Juillet 201413 points / 10 rebonds / 11 passes décisives
Candace Parker (Los Angeles)28 Juillet 201711 points / 17 rebonds / 11 passes décisives
Courtney Vandersloot (Chicago)21 Juillet 201813 points / 10 rebonds / 15 passes décisives
Chelsea Gray (Los Angeles)7 Juillet 201913 points / 10 rebonds / 13 passes décisives
Sabrina Ionescu (New-York)18 Mai 202126 points / 10 rebonds / 12 passes décisives
Courtney Vandersloot (Chicago)28 Septembre 202112 points / 10 rebonds / 18 passes décisives
Candace Parker (Chicago)22 Mai 202216 points / 13 rebonds / 10 passes décisives
Sabrina Ionescu ( New-York)12 Juin 202227 points / 13 rebonds / 12 passes décisives
Candace Parker (Chicago)23 Juin 202210 points / 14 rebonds / 10 passes décisives
Moriah Jefferson 28 Juin 202213 points / 10 rebonds / 10 passes décisives
Sabrina Ionescu 06 Juillet 202231 points / 13 rebonds / 10 passes décisives
Alyssa Thomas 23 Juillet 202215 points / 10 rebonds / 12 passes décisives

Impossible de revenir sur chacune de ces performances comme on le voudrait. Il faut quand même noter les triple-double de Dydek et Leslie qui ont réussit à faire 10 contres en un seul match. Plus récemment, on peut noter la belle histoire de Moriah Jeffersson. Elle est devenue la plus petite joueuse de l’Histoire à faire un TD (1m68), le premier pour la franchise de Minnesota et cerise sur le gâteau : elle a réalisé cette perf’ contre l’équipe qui l’avait coupé quelques mois auparavant, les Dallas Wings.

Voilà, vous savez tout sur le triple-double en WNBA. Vous l’avez remarqué, il se démocratise de plus en plus et ça ne semble pas être prêt de s’arrêter, bien au contraire ! On vit une année historique avec déjà cinq triple-double dans la même saison. Nous ne sommes donc pas à l’abri de nouvelles performances monstrueuses au sein de notre ligue favorite.