| Publié par

Suite à la désillusion face à l’Ukraine plus tôt dans la semaine, les Bleues de Jean-Aimé Toupane ont rendez-vous ce dimanche avec leur public. L’objectif : montrer le vrai visage des médaillées de bronze des derniers JO dans un Palacium à guichets fermés. Face à une équipe de Lituanie privée de leur pépite Juste Jocyte (blessée lors du match contre la Finlande), Sandrine Gruda et les siennes auront fort à faire pour vaincre une armada lituanienne pleine de stars.

Les 5 de départ :

France : Marie-Eve Paget, Sarah Michel, Gabby Williams, Endy Miyem, Sandrine Gruda

Lituanie : Gabriele Sulske, Kamile Nacickaite, Laura Juskaite, Giedre Labuckiene, Gintare Petronyte

La première mi-temps

Avant même que le match ne débute, les intentions de Toupane sont claires. Défense, défense, défense. Dans son cinq, le sélectionneur des Bleues aligne Sarah Michel en place et lieu de Marine Johannès, aux côtés de Gabby Williams, meilleure défenseure de l’Euroligue lors de l’exercice 2020-2021. Un cinq qui donne le ton à la rencontre : un « must-win » pour les Bleues.

Comme en Ukraine, c’est Marie-Eve Paget qui lance les hostilités côté français derrière l’arc. Endy Miyem, que l’on a vue en forme jeudi (16 points), reprend son chantier à l’intérieur en scorant au 2+1 (6-5, 2′). En face, l’expérience parle dans la raquette. Labuckiene puis Petronyte percent la défense française et imposent leurs centimètres à Gruda et Miyem. Très vite, Toupane profite de sa profondeur de banc et c’est Johannès qui rentre pour Michel. En deux trois mouvements, l’arrière de l’ASVEL artille à mi-distance puis à trois points pour réveiller le Palacium (15-13, 5′). Quand ce n’est pas au tir, c’est à la passe que « MJ23 » s’illustre. Ciak, laissée en civile au dernier match, en profite à l’intérieur.

Les Bleues s’élancent une nouvelle fois avec Johannès qui conclut en contre-attaque puis avec Touré l’imitant quelques instants plus tard. Après une attaque et un jeu de passes rondement menés, c’est Iliana Rupert qui s’exprime de loin pour offrir aux françaises sept points d’avance en fin de quart-temps (22-15, 10′).

De retour sur le terrain, Gabby Williams fait parler sa puissance face aux vertes et blanches. A trois points puis au drive, la plus française des américaines fait tourner la machine (27-17, 11′). Et quand la Lituanie n’y arrive plus, c’est Nacickaite (20 points sur le match), qui prend les choses en main en répondant à Williams de loin. Côté bleu, Johannès est toujours sous les feux des projecteurs et délivre deux superbes caviars pour Gruda et Michel qui filent au cercle en contre-attaques (31-20, 15′). Un premier écart est fait, mais en sortie de temps-mort lituanien, Juskaite et Sulske refroidissent les ardeurs françaises (31-26) et c’est Toupane qui use d’un temps-mort à son tour.

Marine Johannès est étincelante. Une nouvelle fois en contre-attaque puis l’action suivante à dix mètres devant Labuckiene, la pépite bleue fait exploser le Palacium du nord. A la pause, les Françaises sont confortablement en tête de 14 longueurs (42-28, 20′).

« Pas besoin de rajouter de légende, elle est déjà sur la photo » – dixit nous. – Crédit photo : FIBA

La deuxième mi-temps

Définitivement, Sarah Michel est une Légende. Provoquant balle perdue sur balle perdue côté lituanien et des stats qui sont invisibles sur la feuille de marque, l’arrière du Bourges Basket s’illustre une nouvelle fois par deux contres sortis de l’espace. Et oui, face à Sarah Michel en défense, il faut assumer. De l’autre côté, Gabby Williams traverse le terrain plus rapidement que tout le monde et score dans la raquette. Puis une nouvelle fois avec un retourné acrobatique digne d’une gymnaste, la joueuse de Sopron éblouie son public qui ne cesse de supporter une équipe de France des grands soirs.

Gruda à l’interception jusqu’au au cercle, puis Williams de nouveau derrière l’arc, imitée par Touré, donnent 23 unités d’avance aux leurs (58-35, 26′). Les Bleues offrent un superbe spectacle aux nombreux supporters français venus les encourager. A son tour, c’est Caroline Hériaud, la locale de la rencontre (évoluant à l’ESB Villeneuve d’Ascq), qui score dans la peinture après une superbe passe de Williams. A la fin du troisième quart, les Françaises caracolent en tête sur le score de 64 à 41.

Côté vert et blanc, Nacickaite tient la maison lituanienne. Avec une des actions du match, la joueuse du Nesibe Aydin en Turquie crosse Pouye qui disparaît du champ des caméras et sort une ficelle à trois points. Alexia Chartereau, qui n’avait pas encore scoré, corrige le tir et impose sa technique à l’intérieur. C’est finalement au tour de Pouye de terminer le travail en and-one dans la peinture. C’est fait, les douze joueuses françaises qui ont foulé le parquet sont inscrites sur la feuille de marque. Dans un Palacium qui scande la Marseillaise, les Bleues s’imposent très largement 83-56 et remettent les pendules à l’heure dans ces fenêtres de qualification.

Dans une ambiance des grands soirs, l’Equipe de France termine sa semaine de rassemblement par une victoire, avec la manière. Seulement 56 points encaissés, 12 joueuses au scoring, tous les quarts-temps gagnés et un écart de 26 points : autant de facteurs qui nous ont permis de retrouver la véritable identité des Bleues de Gabby Williams (14 points, 3 rebonds, 3 passes). Prochaine fenêtre de qualification à L’Euro 2023 : du 22 au 27 novembre 2022. En attendant, les Bleues se retrouveront plus tard dans la saison pour préparer la Coupe du Monde 2022 qui se tiendra à Sydney du 22 septembre au 1er octobre 2022.

L’esprit d’équipe aura été décisif dans une belle victoire française – Crédit photo : FIBA
Equipe(s) en lien : France