| Publié par

Le All-Star Game avait lieu hier soir et clairement le show était au rendez-vous ! Alors qu’il y a quelques jours, on vous présentait les équipes définitives de la rencontre de ce dimanche, le All Star weekend a aussi eu son lot de spectacle avec un Skills Challenge de qualité et un concours à 3PT historique ! On vous raconte tout ça !

Si LA rencontre du All-Star Game tant attendue avait lieu dimanche soir, les différents concours que l’on connait, à savoir le « Skills Challenge » et le « Concours à 3PT » eux, avaient lieu samedi soir. C’est dans un tout autre contexte d’ailleurs puisque ces évènements qui avaient lieu au McCormick Place, étaient bien diffusés mais n’étaient pas accessible au public. C’était un évènement privilégié pour quelques jeunes filles du « Nike Tournament of Champions » et du « Nike Girls Nationals ». Des engagements extra-sportifs toujours au cœur du développement de la WNBA, d’autant plus lors du All Star Weekend.

Skills Challenge : Sabrina Ionescu sans trembler

C’est le Skills Challenge qui a pris la main de cette belle mais mais courte soirée avec huit équipes composées d’une star de la WNBA et d’une jeune de l’Elite Youth Basketball League (EYBL) participant aux « Nike Nationals 2022 ». Parmi les stars de la WNBA, il fallait compter sur Rhyne Howard (Atlanta Dream), Sabrina Ionescu (New-York), Jonquel Jones (Connecticut Sun), Kelsey Plum (Las Vegas Aces), NaLyssa Smith (Indiana Fever), Azurà Stevens (Chicago Sky), Courtney Vandersloot (Chicago Sky) et Jackie Young (Las Vegas Aces). Au final et sans trembler, ce sont Sabrina Ionescu et Zoé Brooks de l’EYBL qui ont remporté ce premier concours.

Concours à 3 point : le futur « Allie Quigley three-point Contest »

Et là, on aura beau vous donner la liste des participantes, il y avait vraiment peu de doutes concernant la finalité de ce concours… Après le All-Star Game de 2017 à Seattle, le celui de 2018 à Minneapolis et le celui de 2021 à Las Vegas, il fallait que, à domicile, Allie Quigley (Chicago Sky), aille chercher son quatrième titre de ce concours à 3PT. Ariel Atkins (Washington Mystics), Rhyne Howard (Atlanta Dream), Jewell Loyd (Seattle Storm), Arike Ogunbowale (Dallas Wings) et Kelsey Plum (Las Vegas Aces) n’ont pas pu faire grand chose. Avec ce quatrième titre, Allie Quigley devient la plus titrée du concours, NBA et WNBA confondu, devant Larry Bird et Craig Hodges, tout deux l’ayant remporté trois fois. Elle devient aussi, avec ses 30 PTS, à l’origine du nouveau record de points du concours. La question s’est posée : A quand un « rename » du concours pour le « Allie Quigley Three-Point Contest » ? A suivre !

L’heure du show final : le All-Star Game !

Nouvelle année, nouveau All-Star Game et nouvelles règles pour pimenter le programme de ce dimanche soir pas très « farniente » finalement… Clairement, l’objectif c’est : du rythme, de l’intensité, DU SHOW ! On passe d’un mix entre le jeu du 5×5 et celui du 3×3. Verdict ?.

La Team Wilson survole

Avant d’entamer l’analyse de la rencontre, petit point sur les nouvelles règles de ce All-Star Game. Tout d’abord, l’existence d’emplacements, plus éloignés que la ligne des 3 PTS, pour tirer à 4 PTS. L’heure de la validation des tirs du parking est donc arrivée. Autre point, on passe de 24 secondes de possession à 20 secondes. Enfin, dernier point, la fin des lancers-francs. A chaque faute qui amènerait aux lancers, les points seront automatiquement validés en fonction du nombre de LF récupérés. C’est seulement dans le money time et en cas de prolongations que les lancers feront leur retour. Clairement, si on veut faire plus court, l’idée c’est : Show must go on !

Et, c’était bien l’idée de tout de le monde lors de cette soirée. Vu les statistiques à 3PTS, on était clairement sur un projet « nouveau concours à 3PTS en plein jeu ». Un élément qui a bien fonctionné, pour certaines du moins, à l’image de Jonquel Jones qui plante le premier 4PTS de la soirée. Elle finit la rencontre à 5/11 à 3PTS avec 29PTS, 13 REBS et 5 PDS pour la Team Stewart. Des points qui auront été important en début de période pour que cette Team Stewart finisse en tête du premier quart-temps : 28 – 23.

Un avantage qui aura duré peu de temps finalement puisque la Team Wilson revenue avec de nouvelles intentions et une Kelsey Plum énervée, enchaine un 14-0 qui leur donnera le lead, et ce, jusqu’à la fin de la rencontre. La Team Stewart tentera un comeback en seconde période poussée par une Jewell Loyd en mode Gold Mamba Time qui enchaine les 3PTS (21PTS dont un beau 7-13 à 3PTS) et ramènera la Team Stewart à -10. Folie de courte durée. En sortie de temps-mort, Sabrina Ionescu assassine à 3PTS (19PTS dont 6/10 à 3PTS – 6 REBS – 6 PDS) et brise les espoirs de victoire de la Team Strewart. Sans problème, la Team Wilson s’impose en s’envolant au score dans une ambiance bonne enfant qui aura tenu du début à la fin.

Toutes les joueuses ont joué, ont marqué (sauf Sue Bird…) et ont eu l’air de s’amuser. Clairement, tout le monde a semblé prendre du plaisir, se réjouir les unes pour les autres et ont apprécié donner ce spectacle dans cette salle de la Wintrust Arena à Chicago.

Sue Bird et Sylvia Fowles à l’honneur pour la der’ des der’

Sans aucun détour, aucun, la grande fête à la Wintrust Arena était aussi là pour mettre à l’honneur la dernière de deux légendes de la ligue : Sue Bird et Sylvia Fowles. Ces deux dernières ont annoncé pour la saison que c’était bien leur dernière, elles qui ont tant gagné et tant marqué la ligue. Pour la « last », les capitaines honorifiques des Team Wilson et Team Stewart, ont eu droit à tout un tas d’éloges, de remerciements, de cadeaux pour tout ce qu’elles ont accompli.

Comme un symbole, la première personne a marqué lors de ce All-Star Game sur un shoot à 3PTS (bien loin de ses classiques en match), non pas Sue Bird mais bien Sylvia Fowles. C’était assez pour lancer la soirée et allumer davantage, aussi bien les joueuses que la salle d’ailleurs. Pendant ce temps-là, sans forcer, Sue Bird s’amuse à délivrer des petites passes à droite à gauche pour terminer la rencontre avec 6 PDS malgré ses zéro point marqués. De l’autre côté, Fowles n’a pas fini de faire le show et se permet même une interception puis un petit dunk pour faire davantage honneur à la légende qu’elle est.

L’art du storytelling chez les américains, ça ne change pas, c’est toujours aussi fort. Certes, Sue Bird a été plus discrète mais, Fowles n’a pas hésité à se faire plaisir aussi et écrire une nouvelle belle ligne à son Histoire en terminant son dernier All-Star Game tel quel. Un tir improbable à 3PTS, un dunk et une « last » victoire finale. Beaucoup sur les réseaux rêvaient du titre de MVP de la rencontre après son dunk tant son début de rencontre faisait plaisir, tant une telle fin aurait été magnifique. Avec 7 PTS, 9 REBS, 6 PDS et 3 INTS, ça restait trop peu face à ses autres coéquipières qui méritaient tout autant.

Au final, dans le money time, sous un tonnerre d’applaudissements tellement mais tellement mérité, Sue Bird et Sylvia Fowles sortent et mettent un point final à leur carrière dans l’Histoire du All-Star Game de la WNBA. Un moment marquant et important dans cette saison et dans l’Histoire de la WNBA.

Kelsey Plum MVP, une première plus que réussie !

Finalement si, d’un cote, c’est la fin d’une ère, de l’autre, on s’ouvre, petit à petit, sur une nouvelle génération qui se veut tout aussi promettante. Comme un passage de flambeau, la jeune Kelsey Plum qui s’offrait son premier All-Star Game dans une saison plus qu’incroyable, termine MVP de la rencontre. Et ce n’est pas volé. Avec ces 30PTS marqués, elle rejoint une autre légende de la ligue et du basket féminin : Maya Moore. Cette dernière, à l’origine du record, avait également marqué 30PTS au All-Star Game 2015. De quoi s’inspirer pour le reste de la saison à venir et plus encore…

Un All-Star particulier

Globalement, c’est vraiment un All-Star Game particulier auquel nous avons eu droit cette année. Mélangeant plusieurs éléments, que ce soit, la fin d’une ère et la nostalgie qui l’accompagne. L’émerveillement face à la nouvelle génération toujours plus apte à marquer l’Histoire de la ligue de part leurs performances, leurs records. Ou encore une forme de tristesse face au contexte auquel nous nous sommes confrontés face à la situation dans laquelle Brittney Griner se trouve depuis maintenant plusieurs mois. Un élément dans les divers engagements extra-sportif du weekend que la ligue n’a pas hésité à souligner pour montrer tout son soutien aussi bien pour elle, que pour sa famille. Se faire entendre et faire entendre ceux que l’on n’entend pas ou plus, reste un axe majeur de cette ligue. A chaque instant de ce weekend, il a toujours été question de Brittney Griner. Que ce soit dans sa sélection à titre honorifique aux All-Star, les discours ou le retour des joueuses à la mi-temps avec son nom et son numéro sur le dos. L’idée est la même : on n’oublie pas. Et finalement, c’est aussi l’idée général de ce All-Star Game. Même si les jeunes générations nous laissent à penser que le meilleur est à venir, on n’oublie pas, ni les légendes du passées, ni les injustices du présent.

Le All-Star Break se termine et laisse place au retour de la WNBA et sa saison régulière aussi vite qu’elle était partie. Fin de la détente. A présent, les esprits et les corps, avec un seul jour de repos pour les joueuses du All-Star, devront vite se remettre au travail pour enchainer dès mardi avec la suite de la saison. Nul doute, les surprises ne devraient cesser d’arriver.