| Publié par

A moins de 24h du début de la compétition, c’est au tour des équipes qui évolueront à Strasbourg de se présenter en conférence de presse.

RUSSIE

L’équipe est représentée par Maria Vadeeva et le coach Alexander Kovalev.

La joueuse russe, qui disputera son 4e eurobasket se remémore les expériences passées et souhaitent que le groupe fasse mieux. Le groupe est un mix de joueuses d’expérience fatiguées de perdre et de jeunes joueuses, en recherche de résultats. Pour le sélectionneur, c’est son premier tournoi européen avec la casquette de coach principal. Il considère qu’en jouant avec le coeur, ses joueuses peuvent faire la différence et il espère retrouver les compétitions internationales très prochainement. Pour rappel, les six premières équipes du tournoi gagnent leur place aux prochains championnats du monde, qui se dérouleront en 2022 en Australie.

Une équipe russe pleine d’ambition qui veut retrouver le chemin de la victoire

REPUBLIQUE TCHEQUE

Romana Hedjova, pensionnaire de LFB depuis 9 saisons, et son coach Stefan Svitek.

Selon la joueuse, l’équipe est impatiente à l’idée de démarrer, et doit se donner les moyens de montrer ce dont elle est capable. Concernant ce premier match contre la Russie, elle insiste sur le fait d’être concentrée dès la première minute. Pour le coach, le premier but a été atteint en étant présent à Strasbourg. Le travail des cinq semaines de préparation devrait porter ses fruits, l’équipe est prête à se battre, à tout donner. Même s’il reconnaît que la préparation et le tournoi sont deux choses bien distinctes.

Une équipe tchèque, remontée à bloc, qui va tout donner

BOSNIE HERZEGOVINE

Goran Lojo et la joueuse Milica Deura se montrent heureux d’être à Strasbourg.

Cela fait 22 ans que la Bosnie-Herzégovine n’avait pas joué un Eurobasket. Pour son entrée en matière, l’équipe aura fort à faire contre un des prétendants à la médaille d’or, la Belgique. Mais le coach croit en cette génération qui mérite d’être là, une équipe forte. Même si Jonquel Jones n’a fait aucun match de préparation, elle était présente pendant la phase de qualification, il ne doute pas de son talent et de son adaptabilité. Milica reconnaît que c’est la première compétition de ce niveau pour toutes les filles.

On respecte tout le monde, mais on n’a peur de personne.

Milicia Deura – arrière Bosnie Herzegovine

Une équipe bosniaque qui est prête à jouer

BELGIQUE

Philip MESTDAGH et Kim MESTDAGH sont impatients.

Pour le coach belge, la préparation n’a pas été des plus simples. En effet, entre cas de Covid et blessure de dernière minute, l’équipe a du s’adapter. Mais les ambitions sont claires : dans un premier temps, finir premier du groupe. Pour eux, jouer avec la pression d’être dans les favoris est plus simple que le statut d’outsider que la Belgique avait lors de la précédente édition. Les belges se savent attendues, car classées haut au classement Fiba. Tous deux se montrent méfiant envers la Bosnie, qui présente une belle équipe qui n’a rien à perdre, avec le talent de Jonquel Jones.

Une équipe belge qui va tout mettre en oeuvre pour atteindre sa première finale.

Crédit photo – FIBA

SLOVENIE

Damir Grgic et Nika Baric se sentent privilégiés de jouer cet Eurobasket.

Nika considère que l’équipe a un travail à finir, après l’édition 2019. L’équipe travaille dur depuis deux ans, mais cette fois arrive avec plus de confiance et d’expérience. La joueuse considère que le groupe montre du beau basket mais n’a pas encore montré son meilleur basket. Mais cela sera difficile dans un groupe de ce niveau. Pour le coach, c’est un travail de tous les jours, il faudra prendre les matchs les uns après les autres. L’équipe est prête et saura gérer son stress.

Une équipe slovène qui veut faire mieux

TURQUIE

L’équipe est représentée par Ceyhun Yildizoglu et Olcay Cakir Turgut.

Avec ce changement de génération et cette équipe jeune, le coach reconnaît que beaucoup de travail a été fait et que ses joueuses donnent tout. Le groupe évolue jour après jour. Les plus expérimentées apportent leur talent pour donner le maximum. Pour la capitaine, cette équipe turque est une équipe de guerrières.

Une équipe turque prête pour le combat

La Croatie

Stipe Bralic et Ivana Dojkic qualifient leur équipe de jeune mais enthousiaste, avec des joueuses rapides et adroites au shoot. Les croates évoluent dans un des groupes les plus durs, avec notamment la France, l’équipe qui leur fait le plus peur, une équipe avec beaucoup d’expérience, de bonnes joueuses sur tous les postes, qui domine dans la raquette. La capitaine souligne la liberté donnée par le coach dans le jeu croate qualifié de créatif. Quant au fait de jouer devant un public, Ivana admet adorer cette situation, cette pression mais après plus d’un an sans jouer devant un public, cela pourrait lui paraître étrange.

Une équipe croate qui jouera son jeu

A quelques heures des premiers matchs, toutes les équipes montrent de l’ambition et de l’envie. Premier coup d’envoi demain à 12h à Strasbourg pour le match opposant la Russie à la République Tchèque.