| Publié par

Après deux demies finales qui se sont jouées à un poil de nez, aujourd’hui avait lieu la Finale de l’Euroleague à Istanbul. Un titre à gagner, symbole du Saint Graal du basket européen. En opposition, deux frenchy. D’un coté, l’équipe hongroise de Sopron de Gabby Williams, et de l’autre, l’équipe turque du Fenerbahce de Bria Hartley. Autant dire, de quoi ne pas perdre le nord.

Le Fener dans les choux, Sopron sans trembler

Si on prend la globalité de la rencontre, Sopron a largement dominé les débats. Exemple simple : le Fener n’a jamais réussi à prendre la tête. Et tout commence dès le premier quart-temps. Sopron, en mission, est en total maitrise de son sujet et tout particulièrement, défensivement. Avec une telle intensité défensive, le Fener a été incapable de marquer un seul point pendant les 3/4 du premier quart-temps. Il faudra attendre les trois dernières minutes pour voir enfin les turques marquer un point. C’est Sabally qui ouvre le score du Fener, sur un tir à 3pts mettant fin à l’hémorragie offensive qu’elles subissaient depuis le début (12-3, 2’39). Cet écart sera décisif finalement pour le reste de la rencontre.


La clé de la rencontre ? La défense. Sopron maitrise son sujet avec à sa tête, le poison Gabby Williams. Facile finalement pour la meilleure défense de la ligue dont on vous avait déjà parlé. Les turques ne mettent pas un panier. La raquette est complètement fermée et la pression à l’extérieur est telle que jamais le Fener n’arrivera à réellement ajuster la mire et rentrer ses paniers. Difficile avec un tel effectif d’être autant à la peine derrière la ligne, aussi bien mi-distance, qu’à 3pts. Dans ce 2e quart-temps, alors que le Fener semblait reprendre quelques couleurs et que le poison intérieur, Hatar (bien installée dans la raquette turque) se voit sortir après sa 3e faute personnelle, on pensait la rencontre relancée. Erreur. Williams marche sur l’eau cette après-midi et est sur tous les ballons. En défense sur Iagupova, elle ne laisse aucun espace à la star ukrainienne du Fener, la mettant grandement en difficulté. Offensivement, c’est un festival avec ses 10 points et 3 interceptions à la pause. Elle permet à Sopron de garder ses 10pts d’écart pour aller aux vestiaires : 29-19.

Un réveil tardif face à une défense de fer

La deuxième mi-temps, comme lors des demies, semble sonner le glas de la révolte coté Fener. Cette fois-ci, ce n’est pas Zahui B mais Cakir. En feu sur cette deuxième période, elle permet notamment de revenir à un seul petit point d’écart de Sopron (33-32). Le tuto Youtube de la mi-temps sur « Comment défendre ? » semble faire effet. Le Fener a l’air d’enfin rentrer dans son match et prendre l’envergure de la rencontre : une Finale d’Euroleague. Mais Sopron est, globalement, sûr de soi depuis le début de la rencontre, contrairement aux turques qui doivent courir après le score et encore chercher leur adresse extérieur. C’est bien là la différence. Et le coach de Sopron, David Gaspar, semble bien comprendre comment calmer les ardeurs turques et celles du public turc d’Istanbul. A chaque fois que le Fener semblait reprendre du rythme et de la confiance pour revenir, il a su par ses temps-morts et ses changements changer la tendance. A cela, vous ajoutez le retour de Hatar dans la raquette et vous obtenez une nouvelle petite avance pour Sopron qui conclut son troisième quart-temps, toujours en tête : 45-38.

Le scénario sera quasiment identique dans les 10 dernières minutes. Le trio Zahui / Cakir / Iagupova toutes les trois à plus de 10pts, n’y pourra pas grand chose. Le Fener réussira à revenir jusqu’à -3 dans le money time mais la défense et le collectif parfaitement rodés de Sopron arrivera à tenir. Williams, star de l’équipe ne lâche pas le morceau jusqu’à la fin et termine la rencontre avec 16 points, 4 rebonds, 3 passes et 4 interceptions. Le reste du collectif hongrois n’est pas en reste, Fegyverneky, Hatar, January et Brooks cumulent 42 points. Les derniers tirs à 3pts du Fener, ne changeront rien, et les turques s’inclinent à domicile en Finale de l’Euroleague : 60-55.

Finalement, tout s’est joué dès le premier quart-temps. Une fois le trou fait par Sopron en première période, il a été très difficile pour le Fener de revenir face à la meilleure défense de la compétition. Sopron termine donc vainqueur, le premier titre de son Histoire en Euroleague. Après Iliana Rupert en Eurocup cette semaine, Gabby Williams termine elle aussi au sommet de l’Europe, MVP de ce Final Four d’EuroLeague. C’est d’ailleurs, la première fois dans l’Histoire du basket français que, la même année, nous avons une MVP française au Final Four de l’EuroCup ET de l’EuroLeague. De quoi nous réserver un avenir encore plus radieux en Equipe de France.

Equipe(s) en lien :