| Publié par

Ce week-end se déroulait la 8e journée de championnat, et le moins que l’on puisse dire c’est que certaines affiches sont alléchantes. Angers, en pleine confiance, reçoit les Flammes de Charleville-Mézières. Saint-Amand, en quête de sa seconde victoire, aura fort à faire face au BLMA. Basket Landes, diminuée, reçoit la Roche. Quelles équipes sauront tirer leur épingle du jeu dans cette journée ?

Charnay 63 – 74 Lyon

Dans le derby du Rhône, CBBS Charnay (11ème avec 2V/5D) accueille le LDLC Asvel Féminin (2ème avec 5V/2D).

Les 5 de départ :

CBBS Charnay : Kankou Coulibaly, Caliya Robinson, Alexis Kiah Brown, Prescillia Lezin, Ewl Guennoc.

LDLC Asvel : Ingrid Tanqueray, Aleksandra Crvendakic, Alexia Chartereau, Cierra Burdick, Sara Chevaugeon.

La première mi-temps

Un round d’observation entre les deux équipes est de mise sur le parquet des bourguignonnes de Charnay. Coulibaly ouvre le score pour les Pinkies (2-0; 7’55 à jouer). Crvendakic lui répond et donne même l’avantage à Lyon sur un « and one ». (2-3; 7’31 à jouer). Alexia Chartereau se charge d’augmenter la marque (4-11; 4’15 à jouer). Il ne fallait pas douter des capacités du CBBS : les rose et noir remontent au score avec deux gros shoots à 3 points(10-11; 2’24 à jouer). Johannes rentre un gros tir à 9m et sur une jambe en toute fin de quart-temps (10-16; 0’15 à jouer). Lexie Brown, côté Charnay, signe la fin du premier quart par un buzzer beater derrière l’arc.

C’est une rencontre compliquée pour l’ASVEL qui semble être en difficulté. En ce début de 2e QT, Johannes, en sortie de banc, aide les lyonnaises à se remettre les idées en place. Elle score à 3 points alors que Charnay revenait à -1 (9’14; 15-19). Lexie Brown, en feu, n’a pas dit son dernier mot. Elle inflige, à elle seule, un 7-0 en moins de 3 minutes à l’ASVEL et permet aux bourguignonnes de repasser devant (22-19; 7’47). S’en suit un énorme passage à vide de Charnay qui permet à l’ASVEL de recoller au score puis de repasser devant (25-27; 5’22).Pendant plus de deux minutes, aucune des deux équipes ne trouve le chemin des filets, combinant maladresse et pertes de balle. Il faudra moins de temps pour les lyonnaises pour s’en remettre et continuer d’appuyer là où ça fait mal grâce à Burdick qui obtient le and one après une très belle passe décisive de Johannes (25-30; 3’12). Guennoc, sur un tir très compliqué à mi-distance, met fin à la disette de Charnay qui n’avait pas marqué depuis plus de 3 minutes (27-30; 2’50). Et même si Robinson et Brown donnent l’occasion aux Pinkies de revenir à -1 à moins de 2 minutes du retour aux vestiaires, l’ASVEL n’en démord pas, et réaccélère. Et comme un air de déjà vu, Johannes termine le chrono du 2e QT sur un tir à 3 points du parking : 31-39 à la mi temps.

La deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, même si Charnay marque d’entrée, c’est un 3e QT très compliqué que les joueuses vont vivre. L’Asvel entame sa seconde période avec bien d’autres ambitions et impose un rythme que Charnay semble avoir du mal à suivre. Le cinq de départ de Lyon nous sert une leçon de basket. Tanqueray, Chartereau, Chevaugeon, Crvendakic, Burdick, chacune y met sa patte et cela permet à Lyon de prendre 15 unités d’avance. Un écart que Charnay aura du mal à réduire (49-64 à la fin du 3e QT).

Les Pinkies en ont encore sous le pied et abordent les dix dernières minutes de bien belle manière. Profitant de la maladresse des lyonnaises, Hirsh plante à 3 points. Au même moment, Ciak dans la raquette, fait faute sur Coulibaly. Les 3 points de Hirsh sont accordés et Charnay récupère la remise en jeu ligne de fond. Situation cocasse et culot de Guennoc qui fait la remise en jeu. Personne ne la regarde, Ciak est dos à l’action. Ewl Guennoc fait rebondir la balle sur la pivot tricolore et récupère elle même le ballon. Se retrouvant seule sous le panier, elle n’a plus qu’à inscire son lay-up. (action à retrouver juste ici)

En quelques secondes, Charnay plante un 5-0 à l’ASVEL et revient à 10 points (54-64; 9’12). Les actions qui suivent ne donnent guère raison, ni aux Pinkies, ni aux lyonnaises en manque de réussite. Il faudra attendre le sursaut d’orgueil de Crvendakic qui conclut main droite avec Coulibaly en opposition (54-66; 7’34). Charnay est en difficulté, l’équipe a déjà pas mal de fautes au compteur. Brown, en feu en première mi-temps, n’y est plus et l’Asvel continue sur sa lancée. Charnay réussira tout de même à faire douter les lyonnaises dans les cinq dernières minutes, imposant un beau run (9-2) et de belles phases défensives pour revenir sous la barre des 10 points (63-70; 2’13). Malheureusement, ce sera insuffisant pour les Pinkies qui n’y arriveront plus, ne marquant plus, elles devront s’incliner.

L’ASVEL continue son ascension vers la première place malgré une rencontre en demi-teinte et une victoire dans la douleur face à Charnay. A contrario, les Pinkies n’étaient vraiment pas loin de l’exploit et nous ont offert de belles prestations défensives. Malheureusement, le 3e QT aura été décisif et l’énorme écart qui s’y fait leur sera fatal.


Saint Amand 82 – 81 Montpellier

Les Green Girls de Saint-Amand, 12e du classement (1V-7D) reçoivent ce soir sur leur parquet les Gazelles du BLMA, 8e avec 3 victoires pour 4 défaites.

Les 5 de départ :

Saint-Amand : Elin Gustavsson, Janee Thompson, Myriam Djekoundade, Pauline Lithard, Peyton Williams

Montpellier : Olivia Epoupa, Sydney Wallace, Ana Maria Filip, Elodie Naigre, Mamignan Touré

La premiere mi-temps

Montpellier est la première des deux formations à se détacher (2-6; 8’12 à jouer). Le jeu est haché, pas mal de turnovers et de fautes. Saint-Amand parvient à revenir à un point grâce à un tir derrière l’arc de Williams, avant de prendre un avantage de 4 points avec Gustavsson (10-6; 6’30 à jouer).
Dans la seconde moitié du quart-temps, les deux équipes se rejoignent au score. Montpellier reprend l’avantage par un panier d’Elyah Kiavi et un trois points de Migna Touré (13-18; 2’27 à jouer). Temps mort local qui fait du bien puisque de retour sur le parquet, Juskaite trouve la mire (15-18). Dans la dernière minute, on assite à une partie de ping-pong. Saint-Amand revient à deux unités après un tir derrière l’arc de Juskaite (20-22).

Le second quart-temps

Myriam Djekoundade égalise et au bout de trois minutes de jeu, le score est toujours de parité (25-25). Temps mort de Valéry Demory. Les deux équipes ont beaucoup de mal à trouver la mire jusqu’à maintenant. Si bien qu’à 5 minutes de jeu, le score reste quasiment le même (29-27; 4’42 à jouer). Saint Amand finit par profiter des pertes de balles et des défaillances défensives de Montpellier pour se détacher (33-27; 4’07 à jouer). Olivia Epoupa stoppe l’hémorragie avec un tir derrière l’arc mais Okou et Thompson lui répondent (39-30). Dans la dernière minute, les Gazelles tentent de revenir, mais c’est bien les locales qui rentrent aux vestiaires avec 7 points d’avance (41-34).

La deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, les Green Girls continuent sur leur lancée avec un trois points de Williams. Elles prennent dix points d’avance (44-34). Elodie Naigre marque les premiers points des Gazelles dans ce quart-temps (43-36; 7’30 à jouer). Saint-Amand répond par un tir derrière l’arc (46-36). Valéry Demory prend un temps mort alors que Saint Amand à 13 points d’avance. De retour sur le parquet, Sydney Wallace ramène l’équipe à 10 points (49-39).

Dans les cinq dernières minutes du quart-temps, le BLMA revient à 4 points (53-49). Les deux équipes se rendent coups pour coups mais une faute de Juskaite sur Peters donne deux lancers aux Gazelles. Elles reviennent à trois unités dans les deux dernières minutes (56-53). Au bout de 30 minutes de jeu, les joueuses de Frédéric Daguenet font la course en tête (58-53).

Les dix dernières minutes

Haley Peters ramène Montpellier à deux unités (58-56). Nouvelle égalité (60-60. 7’39 à jouer). Mais Djekoundade et Williams redonnent l’avantage aux locales (64-60; 6’24 à jouer). Olivia Epoupa réduit l’écart à 3 points (64-63). L’écart n’évolue pas pendant plusieurs minutes, mais les Gazelles reprennent l’avantage à 3′ du coup de sifflet final (68-69). Victime de la faute, Pauline Lithard redonne l’avantage. Cette fin de match est irrespirable. A moins d’une minute de la fin du match, les joueuses de Valéry Demory prennent 4 points d’avance (72-76; 56″ à jouer). Une possession d’écart à 34″ de la fin (74-76). Il reste 13″, panier de Williams avec la faute (77-76). Saint-Amand fait tomber les fautes et Elodie Naigre égalise sur la ligne des lancers. A la fin du temps réglementaire, le score est de parité (77-77).

Les prolongations

Olivia Epoupa score derrière l’arc (77-80; 3’30 à jouer). Plusieurs minutes s’écoulent sans que le score n’évolue. Sur la ligne des lancers, Gustavsson ramène les locales à une unité (79-80; 1’25 à jouer). A 35 secondes de la fin le BLMA est toujours devant d’un point. Dans sa dernière possession, Saint-Amand va au bout des 24, Gustavsson donne l’avantage. Il reste 10 secondes à jouer (82-81). Dans les toutes dernières secondes, Wallace tente mais rate un tir derrière l’arc. Saint-Amand s’impose au bout du suspens.

Côté statistiques : Thompson termine la rencontre avec 16 points, 4 rebonds, 3 passes, 2 interceptions)
Olivia Epoupa : 21 points, 6 rebonds, 3 passes, 9 interceptions.

Après un match complètement fou, que les Green Girls auront finalement mené de bout en bout, Saint-Amand décroche, face à Montpellier, sa seconde victoire de la saison.

Basket Landes 80 – 93 Roche Vendée

Basket Landes et La Roche Vendée se retrouvent ce soir pour la 8ème journée de championnat. Battues sur leur terrain la semaine dernière par les voisines angevines, la Roche Vendée compte bien faire déjouer les landaises dans un espace François Mitterrand quasiment à guichet fermé. Ana Suarez, passée pendant deux saisons dans les Landes et glanant un titre de championne de France, reçoit un hommage avant le début du match.

Les 5 de départ :

Basket Landes: Regan Magarity, Sophie Cunningham, Lidija Turcinovic, Marianna Tolo, Kendra Chery

Roche Vendée: Ana Suarez, Ornella Bankole, Kaleena Mosqueda-Lewis, Assitan Kone, Tiffany Clarke

La première mi-temps

En ce début de match, les deux équipes mettent du temps à se mettre dans le rythme. Basket Landes, sous l’impulsion de Kendra Chery, ouvre le score et commence à mettre son jeu en place, en l’absence de Paget (Covid) et Dumerc (blessée). Les landaises vont réussir à prendre le meilleur sur les vendéennes, qui sont très brouillonnes pour le moment, en manque de rythme et trop justes défensivement. Mais sous l’impulsion de Koné et Lewis, les yonnaises reviennent à 2 minutes de la fin du quart temps (17-13) et réussissent à enfin bousculer les partenaires de Marianna Tolo. Cunningham, en cheffe de meute avec déjà 9 points, redonne de l’avance aux landaises et permet à son équipe de terminer le premier quart temps devant, 27-17.

Le second quart-temps

La Roche Vendée revient plus déterminée que jamais dans ce second quart temps. Très présentes défensivement et agressives, elles offrent beaucoup de fautes aux landaises qui en profitent pour augmenter leur avance. Mais emmenée par une Ornella Bankolé des grands soirs accompagnée de Tiffany Clarke, Roche Vendée va revenir à 5 minutes de la mi-temps (36-33) et oblige Julie Barennes à prendre un temps mort pour stopper l’hémorragie. La Roche est plus que jamais dans le match et Basket Landes commence à montrer de la fébrilité, perdue sans ses deux meneuses d’expérience habituelles. C’est Lidija Turcinovic, justement à la mène ce soir, qui va offrir des gros shoots à son équipe et lui permettre de reprendre la main (41-33) avec encore 3 minutes de jeu. Discrète jusque là, Ana Suarez, de retour dans les Landes, ouvre son compteur au meilleur moment et permet de rester au contact de son ancienne équipe (41-42). Le match va s’accélérer, avec beaucoup d’erreurs côté landais qui permettent à Ornella Bankole de continuer son festival offensif et de compter pas moins de 17 points à la mi-temps. Les deux équipes se rendent coup pour coup et Basket Landes, en plein doute, rentre aux vestiaires très légèrement en tête à la mi-temps, 47-45.

La deuxième mi-temps

Reprise du match équilibré de chaque coté. Les deux équipes se rendent coup pour coup. Les yonnaises ont bien senti la faille côté landais. Elles sont très présentes en défense et ne laissent rien passer. Emmenées par le trio Bankolé-Clarke-Koné, les vendéennes insufflent un vent de tempête sur Mitterrand en prenant l’avantage à 25 minutes de jeu, 52-59. Basket Landes, en manque de rotation en l’absence de Clarissa Dos Santos, est en perte de vitesse, transpercée en défense et en manque de réussite en attaque. Regan Magarity et Lidija Turcinovic tiennent le club landais à bout de bras dans cette seconde mi-temps, sans réellement réussir à stopper la dynamique de la Roche Vendée. Les bleues et blanches courent après le score et souffrent de l’impact physique imposé par les partenaires d’Ornella Bankolé, qui finissent ce troisième quart-temps devant, 67-76.

Les dix dernières minutes

Les landaises, menées au score à domicile, n’ont plus que 10 minutes pour renverser le cours du match. Mais en face, la Roche Vendée ne fait aucun cadeau et sent la victoire à portée de main. Le public landais encourage ses joueuses mais Basket Landes, à l’image du reste du match, fait trop d’erreurs, avec des pertes de balles notamment (24). Tiffany Clarke a la main chaude et permet à son équipe de garder une avance de 4-6 points durant les 6 premières minutes de ce dernier quart-temps. Basket Landes tente le tout pour tout et accélère, mais rate des tirs ouverts et voit la victoire s’échapper au fur et à mesure. Trop fragile défensivement, Basket Landes va terminer le match de manière brouillonne et sans conviction, et voir la Roche Vendée s’imposer de manière autoritaire 80-93. Côté Landais, seul le trio Magarity-Cunningham-Turcinovic (49 points), aura limité les dégâts ce soir.

En tête à la mi-temps malgré les absences de Dumerc et Paget, les landaises ont sombrées en seconde mi-temps face à la force des Yonnaises, impériales défensivement et efficaces offensivement, à l’image de la paire Tiffany Clarke (26pts, 8rbds) et Ornella Bankolé (27pts, 8 fautes provoquées). Trop brouillonnes, les landaises s’inclinent à domicile face à une équipe de la Roche Vendée pourtant en difficulté en championnat cette saison, mais bien mieux organisée ce soir.

Grosse victoire en terre landaise des filles d’Emmanuel Body. Crédits : La Roche Vendée

Tarbes 52 – 82 Bourges

Pour le retour tant attendu et célébré d’Isabelle Yacoubou dans le Sud-Ouest et avec, dans les tribunes, Jean-Pierre Siutat, président de la Fédération, c’est une belle affiche qui s’annonce.

Les 5 de départ :

Tarbes : Marie Pardon, Ana Tadic, Renata Brezinova, Julie Wojta, Clémentine Samson

Bourges : Elin Eldebrink, Laetitia Guapo, Iliana Rupert, Endy Myiem, Kristen Mann

La première mi-temps

Dans un Quai de l’Adour bien rempli par les supporters tarbais et quelques berruyers qui ont fait le déplacement, cette rencontre est partie rapidement sur un bon rythme. Tarbes joue juste en attaque mais perd quelques ballons, que vont parfaitement exploiter Kristen Mann (8 points) et Isabelle Yacoubou (en double-double 11 points et 10 rebonds). Les berruyères prennent le contrôle par le biais de bonnes défenses. Bourges mène 16 à 19 à la fin du 1er QT.

Dans le 2ème, Tarbes continue de s’accrocher et recolle, 22 partout, de quoi réveiller le public venu en nombre dans la salle. Toutefois, Bourges reprend les commandes par son jeu de transition. Les rotations des Tango font mal au TGB (28 pts du banc contre 7 coté tarbais). Au buzzer, c’est Pauline Astier qui s’illustre pour inscrire 3 points, comme à son habitude (C.f match à Fribourg). Le score à la pause 33 – 45 est en faveur de Bourges qui domine les débats avec autorité (30 à 66 à l’évaluation).

Deuxième mi-temps

Au retour des vestiaires, Tarbes n’arrive plus à suivre lorsque Bourges accélère. Un 7-0 en faveur des Tango force Francisco Pinto, le coach tarbais, à prendre un temps mort. Rien n’y fait, l’adresse d’Elin Eldebrink (19 points à 5/6 à 3 points), la défense de Godin et l’intensité de Guapo mettent Bourges à l’abri (3’25 37-65). Les tarbaises perdent trop de ballons et sont sanctionnées tout de suite (17 balles perdues et 27 points encaissés derrière). Elles sont dominées mais pas résignées à l’image de Marie Pardon qui s’illustre avec une feuille de stats bien remplie (13 points, 6 passes et 3 rebonds pour 3 ballons perdus). Cependant, elle aura été trop seule face à l’armada Tango pourtant privée de Sarah Michel (cheville) et d’Alix Duchet (genou).

Un seul mot : Domination. C’est ce mot qui nous vient en tête quand on regarde ce match. Au Quai de l’Adour, dans leur antre, les tarbaises n’auront tenu qu’un quart temps avant de voir Bourges s’envoler au score. Ce match avait tout d’un match piège pour Bourges, mais les tarbaises, pourtant en forme en Eurocup (toujours invaincues avec 5 victoires) n’auront pas fait le poids ce soir. Tarbes n’aura jamais lâché mais l’expérience et la justesse des Tango auront fait la différence.

Isabelle YACOUBOU – Crédits photos : Bourges

Angers 79 – 71 Charleville Mézières

Angers, qui sort d’une précédente journée surprenante et d’une belle saison, affronte les Flammes qui sont en tête du classement.

Les 5 de départ :

Angers : Alexis Peterson, Jasmine Bailey, Jodie Anne Cornelie-Sigmundova, Iva Slonjsak, Oderah Chidom

Charleville Mézières : Amel Bouderra, Nia Coffey, Magali Mendy, Mame Marie Sy Diop, Evelyn Akhator

La première mi-temps

La première partie de rencontre n’a pas été la plus défensive qui soit. Par contre, on ne pourra pas dire qu’elle n’aura pas été disputée. Les Flammes infligent un 5-0 aux angevines. Angers avait juste besoin d’un peu de temps pour rentrer dans le match. Chidom transperce la raquette des flammes, marque sur un contact et obtient la faute. (3-5; 8’22). Et finalement, très vite, dans le 1er QT, les angevines recollent au score. S’engage alors un combat de titans entre les deux équipes où chaque possession a son importance. Et pour le coup, c’est du donnant-donnant, à l’image du score du 1er QT : 25-24.

Le 2e QT prend une toute autre tournure pour les Flammes. Peterson (11pts), déjà en feu dans le premier quart avec ses 7pts, et Slonjsak (12pts; 3/4 à 3 points) assomment littéralement les Flammes avant le retour aux vestiaires. Les éclairs de génie de Coffey et Akhator sont insuffisants. Les Flammes ont pris la foudre et enchainent les pertes de balles (11 au total à la mi-temps). A 30 secondes de la mi-temps, Charleville prend 5-0, douloureux. Angers rejoint les vestiaires en bonne posture : 45-36.

La deuxième mi-temps

Nul doute que coach Yernaux ait dû hausser le ton sur ses joueuses à la mi-temps pour les remettre sur la bonne voie. Charleville renoue avec les filets angevins grâce au trio, Mendy, Coffey, Akhator et reviet à une possession (47-45; 6’55). Mais Angers ne panique pas et se rassure grâce au duo Elenga – Peterson aux lancers-francs (55-47; 3’44). Les Flammes s’accrochent mais Peterson, en feu, ne laisse rien passer.

Angers, toujours serein, entame merveilleusement bien le 4e QT avec un 6-0 (65-56; 7’34). Entre les balles perdues (19 au total) et les rebonds, notamment offensifs, inexistants, difficile pour les Flammes de revenir au score. Les Flammes sont frustrées et ça se voit. Angers délivre une belle performance, menée par une Peterson en feu et en double double 21pts, 3rebs, 11pds, 3ints pour 29 d’évaluation. Charleville essaiera encore de revenir mais en vain. Les Angevines marchent sur l’eau et assurent leur victoire.

Angers n’en finit plus de créer la surprise au sein de ce championnat. L’équipe réussit à faire déjouer le premier du classement et pointe désormais à la 4e place du classement. Quant aux Flammes, elles sont rejointes par Lyon, qui, grâce à sa victoire contre Charnay comptabilise le même nombre de points.

La meneuse américaine de l’UFAB : Alexis Peterson – Crédits photo : Albane Toulouse

Villeneuve d’Ascq 76 – 42 Landerneau

Le dernier match du week-end oppose deux équipes défaites lors de la 7e journée de LFB. Il y a donc comme une odeur de revanche dans les deux camps. Le tout dans un Palacium plein à craquer, les paramètres sont réunis pour avoir un match intéressant.

Les 5 de départ :

Villeneuve d’Ascq : Jolene Anderson, Caroline Heriaud, Sandra Ygueravide Viana, Mousdandy Djaldi-Tabdi, Kariata Diabi

Landerneau : Hortense Limouzin, Virginie Bremond, Promise Amukamara, Teana Shari Muldrow, Luisa Geiselsoder

La première mi-temps

Ce sont les joueuses de Landerneau qui rentrent le mieux dans la partie grâce à un pressing tout terrain très efficace. Elles infligent un joli 9-0 à l’ESVBA qui mettra quelques minutes avant de vraiment rentrer dans son match. Finalement, les filles en blanc vont retourner la vapeur avec une grosse défense et une Anderson autrice de 5 points dans le 1er quart (15-13). Mais le petit écart de deux points va vite se transformer en 22 en faveur des guerrières. L’adresse a complètement disparu des mains de Landerneau qui marque seulement un point en 7 minutes. De l’autre côté, c’est encore l’américaine Anderson qui continue de nous régaler avec un festival à 3 points. Heureusement qu’un sursaut d’orgueil vient piquer les bretonnes en fin de mi-temps, les deux équipes rentrent aux vestiaires sur le score de 38-20.

La deuxième mi-temps

Malheureusement, le sort s’acharne sur Landerneau puisque Luisa Geiselsoder, meilleure joueuse de l’équipe en première mi-temps, se blesse à la cheville en début de 3e quart et ne retrouvera pas le parquet. De plus, la panne d’adresse continue, à l’image de la pauvre Amukamara qui finira le match sur un 2/15 au tir… Pendant ce temps, Villeneuve d’Ascq ne relâche pas l’intensité et continue de dérouler en attaque tout en répartissant la marque. Six joueuses termineront la rencontre avec 8 points ou plus. Les nordistes s’imposent donc aisément face à des landernéennes incapables de mettre un panier, que ce soit de près, de loin ou même de la ligne des lancers. Caroline Heriaud enfonce même le clou avec un beau tir du parking au buzzer et finit meilleure scoreuse du match avec 15 points. Score final : 76-42.

Finalement ce match n’a été disputé que pendant un quart temps et l’ESVBA repart avec une grosse victoire collective et à domicile, bien facilitée par l’absence totale d’adresse de Landerneau (0% à 3pt, 50% aux lancers et 28% au global…).

Cette 8e journée aura décidément été le théâtre de surprises. Angers qui fait tomber le leader, Saint-Amand qui s’impose avec le coeur face au BLMA et Basket Landes, qui malgré ses nombreuses absences aura tenu tête à une équipe de la Roche très en forme.

Toutes les infos LFB et Euroleague à suivre ici, sur baskelleball.com