| Publié par

A mi-saison, on revient sur le parcours des clubs français. Nous allons en profiter pour sortir une série d’articles qui vous donnera un aperçu global de ce début de saison. Entre les flops et les top, c’est l’Heure du Débrief proposé par les rédacteurs de la Team BLB !

Ça y est, la Ligue Féminine est de retour et cela signifie que c’est la fin de la série d’articles ! Qui dit dernier épisode, dit fin de notre classement, on va donc vous révéler l’équipe qu’on pense être le Flop’ de cette première partie de saison mais également celle qui est la plus au Top ! Au programme de cet épisode, Landerneau et Bourges. Retour sur la saison de ces deux clubs.

Le Flop’ : Landerneau Bretagne Basket

Avec le départ du coach Stéphane Leite en fin de saison dernière, le club breton a dû entamer la reconstruction de son staff technique. Ce n’est pas tout, Landerneau avait été aussi actif sur le marché des joueuses. C’est donc avec un effectif plutôt très séduisant, composé de belles joueuses à chaque poste, que le LBB allait rentrer dans cette nouvelle saison 2021-2022. Toutefois, à mi-parcours, Landerneau est l’équipe au bilan le plus inattendu de LFB. Touchée par de nombreuses blessures et départs, l’équipe bretonne est tout simplement dans le dur. Pourtant, Landerneau pouvait compter sur son public toujours présent mais aussi sur des recrues venues renforcer l’effectif en cours d’année. Peu importe, rien n’y fait, les bretonnes sont en difficultés, hier soir encore, contre un concurrent direct au maintien, Saint-Amand.

Ce qui est frappant quand on regarde jouer le LBB, c’est l’impression que les filles de Breizh n’arrivent pas à se trouver, à jouer ensemble. Malheureusement, cette observation est vite confirmée par les chiffres, seulement 14.1 passes décisives pour le plus gros nombre de ballons perdus par match, 18.4. Pas besoin d’aller plus loin, ce manque d’alchimie collective, Landerneau le paye cache, notamment à l’évaluation où en tant qu’équipe, c’est en moyenne moins de 60 d’évaluation collective… Et c’est peut-être là que Landerneau est le plus décevant cette saison, avec un tel effectif, Virgine Brémont, Margaux Galliou-Loko, Luisa Geiselsoder, Hortense Limouzin, Promise Amukamara, Sixtine Macquet, auquel on peut rajouter les nouvelles arrivées de Destiny Slocum et Ify Ibekwe, l’équipe bretonne devrait être dans la lutte pour les Playoffs, à l’image d’Angers. Alors oui, cette saison est marquée par les blessures mais pour autant, les bretonnes sont capables de réaliser de belles prestations, comme contre Bourges tout récemment ou à Lyon, dans un match qu’elles avaient gagné. Cependant, ces bons résultats sont trop rares et Landerneau reste sur 8 défaites de rang en LFB. Seule la Coupe de France apparaît comme une belle aventure cette année, puisqu’elles auront l’occasion de rallier la finale à Bercy en gagnant contre l’excellent équipe de Basket Landes. Mais alors d’où vient le problème ? Tout d’abord, très certainement d’un effectif qui, mine de rien, a beaucoup évolué avec les départs de Teana Muldrow et les arrivées de Slocum et Ibekwe par exemple. Mais aussi à cause de cet espèce de « roulement » que l’on observe chez les blessées bretonnes. D’autre part, on peut également imaginer que le problème vient du coach, Wani Muganguzi, en difficulté quant à la mise en place d’un jeu riche collectivement… Ou alors peut-être que c’est l’absence d’un véritable leader, comme l’était la saison passée Luisa Geiselsoder

Si l’on regarde plus précisément chez les joueuses, Luisa Geiselsoder vit une saison 2021-2022 moins brillante que l’année dernière, à l’image de son club. Avant de parler de son jeu, il faut prendre compte le fait qu’elle ait été blessée en début de saison. Mais tout de même, sa saison est « difficile » ou plutôt décevante. L’année dernière, Luisa Geiselsoder c’est 14 points, 5.1 rebonds pour 15.1 d’évaluation. Pour sa première saison en LFB, elle est simplement dominatrice, difficile à contrôler comme en atteste son magnifique pourcentage aux shoots (60.1%). C’est elle le point d’ancrage dans la raquette bretonne, véritable tour de contrôle, Luisa Geiselsoder a marqué de nombreux esprits ! Cependant, cette saison, la jeune allemande a plus de mal, 9.6 points, 5.5 rebonds pour 9 d’évaluation. Autre marqueur en baisse, son pourcentage, « moins » haut que prévu (43.6%). Alors voila, cette ligne de stats n’a encore une fois rien de catastrophique, bien au contraire, mais elle reflète l’année difficile que vit le LBB. Une première partie de saison plutôt décevante, pas aussi belle qu’espérée, à l’image de son intérieure Luisa Geiselsoder. De plus, on pourrait aussi prendre en compte le manque de repères sur les postes extérieures, avec les absences répétées pour blessure de l’arrière Américano-Nigériane Ezinne Kalu. Elle aussi, sur les 3 matchs LFB qu’elle a pu jouer, était moins brillante que lors des saisons passées. A l’évaluation, lors des deux dernières saisons, Ezinne Kalu c’était : 15.8 puis 13.4. Cette saison, ce n’est plus que 8.2.

Alors voila, même si l’effectif, sur le papier, est plutôt très beau, si l’alchimie collective ne prend pas, difficile de rivaliser à chaque match dans cette ligue si relevée qu’est la LFB. Avec les arrivées récentes en terres bretonnes, ce n’est peut-être qu’une question de temps avant que Wani Muganguzi et ses troupes retrouvent un jeu collectif séduisant. En tout cas, si chez BLB on croît au réveil de cette équipe, nous ne sommes pas les seuls, comme en atteste le public chaud et nombreux qui pousse ses joueuses dans la Cimenterie de Landerneau !

Crédits Photo : Landerneau Bretagne Basket

Le Top : Tango Bourges Basket

Les années passent et rien ne semblent changer pour le Bourges Basket. Alors si depuis plusieurs années maintenant, la concurrence est montée de plusieurs crans, les Tango restent l’équipe à battre, celle qui est reconnue à travers l’Europe entière. Toutefois, cette saison, et pour la première fois depuis 26 ans, Bourges n’évolue pas en Euroleague. Véritable tremblement de terres, le TBB a dû s’employer à changer de cap, les ambitions restent néanmoins les mêmes : gagner tout ce qui est possible de gagner ! A mi-parcours, Bourges est le leader de LFB et meilleure équipe au ranking Eurocup. Autant dire que l’échec Euroleague tout comme les déconvenues à domicile en début d’année y sont pour beaucoup ! Le choix fut rude entre Basket Landes et Bourges mais c’est bien le club du Cher qui est choisi pour être le top de cette première partie de saison !

Avant tout, il faut parler de l’histoire récente du club berruyer. Pour commencer, Bourges a connu plusieurs échecs ces derniers mois. On se rappelle de la désillusion au Final four de LFB la saison passée, de la bulle de qualification en Euroleague ou encore des déconvenues à domicile en début de saison contre la Roche Vendée d’abord puis contre les Flammes Carolo ensuite. Simplement, Bourges n’est plus l’équipe loin au dessus des autres, c’est une équipe qui doit lutter pour gagner des titres. Ce n’est plus la domination berruyère des années 2010 par exemple. Évoluant donc en Eurocup cette saison, les berruyères ont réalisé une premier tour parfait, avec de larges victoires. Mais pour autant, leur invincibilité n’aura pas duré plus longtemps puisqu’elles ont été défaites à Londres, lors du match aller des 1/32 de finale. Un véritable échec puisque Londres était la dernière équipe qualifiée…. Ceci dit, ce que réalise cette année le Bourges Basket doit être mis en avant. Toujours connu pour ses valeurs défensives, le club berruyer, cette saison encore, est très performant en défense, avec seulement 66.2 points encaissés par match en LFB. Autant dire que ça aide, à l’image de l’invincibilité en déplacement des berruyères en LFB, 5 matchs pour 5 victoires. Mais c’est surtout offensivement que le Bourges Basket excelle cette saison. C’est tout simplement la meilleure équipe de LFB en attaque. Meilleure aux points marqués (80.7), meilleure aux passes décisives (22.8) et cette situation, elle est similaire en EUROCUP aussi. Toutefois, les chiffres dans cette compétition européenne n’ont que peu de valeur tant Bourges a rencontré des équipes plus faibles en début d’année. Mais il faut donner du crédit au jeu collectif mis en place par Olivier Lafargue tout comme à son effectif composé de joueuses très expérimentées, à l’instar d’Elin Eldebrink, Isabelle Yacoubou, Kristen Mann ou Elodie Godin. Il y a aussi Sarah Michel, véritable couteau suisse dont l’apport sur le terrain dépasse les statistiques. C’est donc une saison Reconquête pour Bourges et jusqu’à présent, les ambitions affichées sont justifiées ! En Eurocup, les berruyères joueront leur 1/8 de finale face à l’Olympiacos, puisqu’elles ont aisément disposé de Brno et de Londres aux tours précédents.

La particularité des Tango, c’est le fait que chacune peut apporter, comme le montre l’évaluation collective de Bourges approchant les 100 en LFB. Mais si l’on devait choisir une joueuse, ce serait sûrement Iliana Rupert, impactante de partout. A l’image d‘Alexia Chartereau il y a quelques années, Iliana Rupert explose cette année,13.4 points, 5.8 rebonds pour 15.6 d’évaluation. Il faut dire que les matchs épatants de la jeune intérieure sont nombreux, comme lors de la réception du Zabiny Brno ou encore face à Montpellier en Coupe de France. Toutefois, c’est réellement le collectif berruyer qu’il faut mettre en lumière. Un collectif efficace comme lors de la belle victoire à Lyon. On pourrait aussi parler d’Alix Duchet, pleine de talent également, qui performe cette saison. Elle évolue, en moyenne, 9.8 points, 3.2 rebonds et 3.7 passes décisives pour 11 d’évaluation. Enfin, il y a ces joueuses, très efficaces et régulières, essentielles au collectif Tango. Isabelle Yacoubou (11.1 points en moyenne), Keisha Hampton (11.7 points en moyenne) ou encore Kristen Mann (10.8 d’évaluation en moyenne) et Endy Miyem (9.2 points en moyenne).

Le Bourges Basket effectue jusqu’à présent une belle saison. Au coude à coude avec Basket Landes en tant que premier top, la différence s’est faite sur la profondeur du banc berruyer et son collectif séduisant. Toutefois, en parlant de Bourges et de sa saison, il faut faire un lien avec la LFB en général. Aujourd’hui, c’est tout simplement la ligue la plus homogène et relevée d’Europe. Certes, il n’y a peut-être pas la meilleure équipe d’Europe en France, mais le niveau du championnat de France est reconnu dans le monde entier. C’est en cela que Bourges doit avoir du crédit, s’imposer en leader solide de LFB (9 victoires consécutives) n’est plus une mince affaire, tant toutes les équipes sont belles à regarder jouer !

Crédits Photo : Bourges Basket Officiel

C’était le dernier épisode de cette série d’articles ! Mais au final et pour notre plus grand plaisir, cette fin de saison s’annonce haletante et indécise !

Equipe(s) en lien : Bourges Landerneau